RMC

Rachida Dati et "Koh-Lanta": "Incroyable qu'aujourd'hui on en soit à juger les politiques que sur leurs punchlines"

La candidate à la mairie de Paris Rachida Dati s'est faite remarquer mardi lors du deuxième débat entre candidats aux municipales avec une comparaison entre les alliances de LREM et le jeu télévisé Koh-Lanta.

Les petites phrases piquantes envers leurs adversaires marquent souvent l'histoires des débats politiques. Mais ce n'est pas du goût de tout le monde. Mardi soir lors du deuxième débat entre candidats à la mairie de Paris, une petite phrase a été largement relayée sur les réseaux sociaux. 

La tête de liste Les Républicains, Rachida Dati, a critiqué Agnès Buzyn et son parti En Marche sur la question d'éventuelles alliances du deuxième tour. Pour ce faire, elle a fait un parallèle avec un populaire jeu télévisé de TF1.

"On n'est pas à Koh-Lanta On n'est pas à Koh Lanta là, c'est pas des alliances entre vous et à qui vous donnez le collier d'immunité, Mme Buzyn! (...) C'est un déni de démocratie, c'est un mépris des Parisiens", a-t-elle lancé en direct.

"Si on veut de l'humour, on va voir des humoristes"

Un trait d'esprit que n'apprécie pas Etienne Liébig, éducateur. Le sociétaire des Grandes Gueules regrette qu'on accorde tant d'importance au superficiel dans les campagnes politiques, au détriment des messages de fond.

"Ce qui est incroyable c'est qu'aujourd'hui on en est à juger les hommes et les femmes politiques sur les punchlines. C'est à dire le truc le plus con, le plus basique, le plus apolitique de l'histoire de la politique. Le plus honteux c'est qu'on n'a plus de discussions politiques. Quand les politiques viennent débattre, ils ne discutent plus de choses essentielles sur l'économie, sur le social, sur la façon dont ils vont s'occuper de la ville... Les punchlines ça fait rire tout le monde et on dit: 'Qu'est-ce qu'elle est bonne comme politique parce qu'elle nous a fait marrer.'
On est juste arrivés au pire, au niveau zéro de la politique. C'est le pire qui pouvait nous arriver. Je souhaite vraiment qu'on arrête avec ça. Les politiques ne sont pas là pour faire des jeux de mots. Si on veut de l'humour on va voir des humoristes."
J.A.