RMC

Sur RMC, le coup de gueule de Christian, sans-abri à Paris, contre un député

Christian Page était vendredi la "Grande Gueule du jour" de RMC. Il est revenu sur son altercation avec Sylvain Maillard, député de Paris, qui a estimé "l'immense majorité des SDF" restait dans la rue par choix.

L'itinéraire complexe d'un homme sans abri. Mais pas sans domicile fixe: "SDF, ça ne veut rien dire. il y a des grands patrons qui vivent à Miami, Los Angeles, Paris ou Madrid et ils sont aussi sans domicile fixe" sourit-il. Christian Page était l'invité des Grandes Gueules, vendredi sur RMC.

Ce sommelier, qui s'est retrouvé à la rue "après avoir perdu pied", a marqué les esprits sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. "Je n'ai pas attendu les réseaux sociaux pour être une grande gueule, mais aujourd'hui c'est officiel.

"Des centres crades où tu vas te faire voler tes affaires, forcément, t'as pas trop envie d'y aller"

Il ajoute également "n’attendre rien de l’État" et a dévoilé le quotidien des services d'hébergement d'urgence:

"Avec le froid en ce moment, je me couvre. Je n'ai rien d'autre à faire. Pour le 115, il faut appeler avant 7h30 du matin si tu veux avoir la chance d'avoir une place. Et quand je te dis la chance, moi, j'ai envoyé des photos de ce que c'est la réalité des centres d'hébergements d'urgence. Sylvain Maillard, l'autre imbécile de député qui dit que les sans-abris ne veulent pas aller dans les centres, il n'a pas tort tout le temps. Parce que dans la rue, tout ce qui nous reste, c'est une forme de dignité et on t'envoie dans des centres crades où tu vas te faire voler tes affaires, forcément, t'as pas trop envie d'y aller".

"J'ai dit à ce connard qu'il était un connard"

Christian Page est aussi revenu sur les déclarations de Sylvain Maillard, député de Paris, sur le nombre de sans-domicile fixe actuellement dans les rues de Paris. Le 5 février, l'édile avait estimé que "50 SDF par jour dorment malgré eux dehors dans le froid", avant d'ajouter que "l'immense majorité des SDF" restait dans la rue par choix.

"Je pense que j'ai été assez loin et assez clair. J'ai dit à ce connard qu'il était un connard. Ce mec-là est député, il a une circonscription. Je pose mon sac à dos chez lui, je te jure, je te trouve plus de 50 SDF. Mais pourquoi je le rencontrerai? Moi, tu sais les gens insignifiants, il ne me rapporte rien. Je préfère discuter avec des potes, dans la rue, parce que c'est tes frères. On est invisibles pour les hommes politiques. Mais quand tu vois l'équipe de pitres qu'on a au gouvernement, pourquoi tu vas voter? C'est vide". 
Les Grandes Gueules avec X.A