RMC

Travailleurs détachés: "Le 'name and shame' ne contribue pas à une société apaisée", pour le vice-président du Medef sur RMC

Invitée ce lundi matin sur RMC et BFMTV, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé la publication du nom des entreprises qui emploient illégalement des travailleurs détachés. Une mesure "qui contribue à véhiculer une image assez négative", estime Thibault Lanxade, vice-président du Medef, invité chez les GG.

Thibault Lanxade est "un peu énervé". Le vice-président du Medef a peu apprécié l'annonce de Muriel Pénicaud ce lundi matin sur RMC et BFMTV. La ministre du Travail a en effet annoncé que les entreprises recrutant des travailleurs détachés pour payer moins de charges seraient dénoncées. Une politique du "name and shame" qui "ne contribue pas à une société apaisée", a jugé Thibault Lanxade.

"Il vaut mieux mettre des sanctions appropriées quand les entreprises ne respectent pas les règles et en l'occurrence sur les travailleurs détachés c'est assez grave, donc il vaut mieux rehausser le barème des sanctions", a-t-il préconisé. "L'entreprise est un écosystème pour lequel il faut être extrêmement précautionneux parce que c'est un acteur économique qu'il ne faut pas déstabiliser", a-t-il aussi plaidé.

Et d'interpeller: "De façon plus globale, c'est toujours le même sujet: à quand l'harmonisation sociale et fiscale au niveau européen?"

P.B.