RMC

Une réaffectation plutôt qu'une suspension: comment va se passer l'entrée en vigueur du pass sanitaire à la SNCF?

Les réfractaires au pass sanitaire s'exposent à une suspension de leur contrat de travail en attendant de pouvoir présenter un pass sanitaire valide. Mais d'autres solutions sont privilégiées.

Le Pass sanitaire est désormais obligatoire à partir de ce lundi pour les employés des lieux où le public devait déjà présenter ce sésame. Sont notamment concernés, les salariés en contact avec du public des cinémas, salles de sport, parcs d'attractions, bibliothèques, mais aussi des bars et restaurants.

>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire pour les salariés de la SNCF: alerte sur un risque de suppressions de trains

Les transports "longue distance" sont aussi concernés. À la SNCF, de nombreux cheminots doivent donc désormais disposer d'un pass sanitaire.

“Depuis aujourd’hui ce qui change, c’est que les contrôleurs ainsi que les agents de la sûreté ferroviaire, ont l’obligation de montrer un pass sanitaire avant de prendre leur service. Comme cela a été pris suffisamment en amont et que l’annonce a été faite début juillet, énormément de cheminots sont allés se faire vacciner à l’instar de nombreux Français. Les cheminots sont comme l’ensemble de Français, il y en a qui sont pour et d’autres contre la vaccination, ce sujet est clivant”, explique Didier Matthis, secrétaire général de l’UNSA ferroviaire.

Il précise que pour les agents qui n’auront pas de pass sanitaire ou qui refuseraient de le présenter, “ils seront convoqués à un entretien avec la hiérarchie pour tenter de trouver les moyens de régulariser la situation. C’est-à-dire pour savoir si l’agent présentera des tests PCR de moins de 72 heures, avant la prise de service ou s’il l’intention de se faire vacciner ou encore s’il ne veut rien faire et à ce moment, il sera étudié une possibilité de réaffectation pour lui trouver un poste où il ne serait pas obligé de présenter un pass sanitaire. La dernière option est la suspension du contrat de travail, mais je ne pense pas que nous en arriverons là”, précise-t-il.

En retard sur la vaccination?

En tout, 1,8 millions de Français sont concernés et doivent justifier pour aller travailler d'une vaccination complète, d'un rétablissement du Covid-19, ou d'un test négatif de moins de 72 heures.

Pour le médecin Ludovic Toro, si la vaccination a bien évolué depuis l’entrée en vigueur du pass sanitaire, la France est en retard par rapport à d’autres pays.

“Le pass sanitaire a été fait parce que le gouvernement se rend compte que ça patinait. La France est un des seuls pays qui n’a pas réussi à convaincre les gens à se faire vacciner complètement. On a notamment un échec cuisant par rapport à d’autres pays méditerranéens comme l’Espagne, l’Italie ou l’Angleterre. Notre population à risque, aujourd’hui, n’est pas complètement protégée. Parce que dans une pandémie ce qui est important ce n’est pas le nombre de contaminés, c’est le nombre de vaccinés”, explique-t-il dans les Grandes Gueules. 
Guillaume Descours