RMC

"Zéro renfort de police nationale à Cannes", le maire de la ville dénonce le désengagement de l'Etat

Un soldat en patrouille lors du festival de Cannes en mai dernier.

Un soldat en patrouille lors du festival de Cannes en mai dernier. - Alberto Pizzoli - AFP

Après l'attentat de Nice, le maire de Cannes David Lisnard a dénoncé dans les Grandes Gueules mercredi le manque de renforts pour surveiller à la fois les plages et la ville.

David Lisnard, le maire de Cannes s'inquiète de la situation en matière de sécurité depuis l'hiver dernier. Mais l'attentat de Nice a renforcé ses craintes et alerte sur les effectifs mobilisés pour assurer la sécurité. 

"L'année dernière nous étions déjà dans une situation tendue et nous avions une baisse assez forte des effectifs de police nationale pour assurer l'ordre public. Un an après, nous sommes en état d'urgence et nous n'avons à Cannes, une des principales destinations touristiques de France, zéro renfort de police nationale, pas seulement sur les plages mais sur l'ensemble de la ville", assure-t-il. 

En juin dernier, une note interne du directeur centrale des compagnies républicaines de sécurité prévoyait le port d'arme pour les CRS chargés de surveiller les plages (le chef de poste ou son adjoint). "Il y a peut-être une arme automatique mais il n'y a plus de CRS", poursuit l'élu.

"Police, justice, les fonctions de base de l'Etat"

Il estime que la sécurité dans sa ville est assurée grâce à la vidéosurveillance et aux policiers municipaux dont la formation a été renforcée, mais pour David Lisnard, sa commune ne devrait pas avoir à palier ce qu'il considère comme des carences de la part de l'Etat. Il regrette que les contribuables aient ainsi à "payer deux fois".

"L'Etat se défausse de plus en plus sur les communes. Ce n'est pas fait de façon saine et franche. Je suis attaché à un modèle régalien, je pense que la police, la justice, les fonctions de base de l'Etat doivent rester sous le contrôle de l'Etat, garant de l'intérêt général sur l'intégralité du territoire de façon équitable", juge encore le maire de Cannes. 

David Lisnard reconnaît par ailleurs qu'un renforcement des forces de l'ordre ne pourrait pas forcément mettre fin aux menaces, mais face à "la délinquance de droit commun de plus en plus violente et au risque terroriste qui est une réalité", le maire de Cannes veut rappeler la nécessité de "protéger l'espace public avec des équipements adaptés".

C. B avec les Grandes Gueules