RMC

Julie Gayet, mort de son frère: les confidences de François Hollande sur sa vie privée sur RMC

Invité exceptionnel de M comme Maïtena, l'ancien chef de l'Etat est longuement revenu en direct à la radio sur sa vie privée lors de son quinquennat.

"Je suis pudique": François Hollande était l'invité exceptionnel de Maïtena Biraben, vendredi sur RMC. Durant une heure, le chef de l'Etat s'est confié en direct à la radio. Invité à parler de sa vie privée, l'ancien Président n'a pas caché sa gêne. Avant de se confier à propos de Julie Gayet qu'il "était important de ne pas faire une exhibition de notre vie privée". 

"Et pour elle et pour le Président, il fallait que l'on ait des vies séparées. Elle avait sa vie de productrice, d'actrice et je ne souhaitais pas qu'on fasse de nouveau une exhibition. Dès le départ, mon attitude a été de séparer l'activité publique de la vie privée. Les Français élisent un Président, et pourquoi pas un jour, je l'espère, une Présidente, mais il n'est pas nécessaire que toute la famille soit exposée" a-t-il expliqué. Interrogé sur le mariage du prince Harry et de Meghan Markle, François Hollande a alors plaisanté en avouant que "Non, je ne vais pas me marier".

Il avait précisé quelques instants auparavant avoir écrit quelques lignes dans son livre Les leçons du pouvoir sur sa vie amoureuse. Et notamment Ségolène Royal: "Je dis que je suis pudique. Je voulais dire ce qu'à été ma relation avec Ségolène Royal. Nous étions en lien étroit. C'est la mère de mes enfants, et pour moi, c'est important".

"Moi, ma vie continuait, la sienne s'était arrêtée"

Le chef de l'Etat a également souffler avoir été "touché" par un mot de Valérie Trierweiler reçu lors de son départ de l'Elysée. Quelques jours plus tard, un moment-clé va se jouer pour François Hollande, qui s'est alors senti, cette fois, redevenu un homme et plus un président.

Visiblement ému, il se confie sur la mort de son frère: "Je suis sorti de l'Elysée et j'ai rejoint le Sud de la France. Deux jours plus tard, j'ai été alerté dans la nuit par les autorités préfectorales parce que mon frère venait d'être hospitalisé. Il est mort deux jours après. D'une certaine manière, les questions personnelles, familiales ont pris le dessus sur tout ce que je pouvais ressentir pour le départ de l'Elysée. Moi, ma vie continuait, la sienne s'était arrêtée"
X.A