RMC

Christophe, conducteur de bus RATP: "Les gens s'imaginent que nous sommes des privilégiés"

Ce mardi dans Brunet\/Neumann, Christophe, conducteur de bus à la RATP a tenu à faire tomber quelques idées reçues. Non, il ne se considère pas comme un privilégié avec son régime spécial de retraite.

Grève à la SNCF ce mardi. Grève de la RATP en décembre. Les salariés entendent ainsi protester contre le projet de réforme de retraites qui veut uniformiser le régime de retraites et donc mettre fin à certains régimes spéciaux.

Mais pour Christophe, conducteur de bus à la RATP, ce régime spécial n'est pas une niche dorée: "Le régime spécial n'est pas quelque chose d'incroyable. Les gens s'imaginent que nous sommes des privilégiés, qu'on a des avantages incroyables, qu'on part à la retraite à 50 ans. C'est fini, c'était il y a longtemps. Aujourd'hui, on peut partir à 54 ans, mais si je décide de partir à 54 ans, je partirais avec 850 euros de retraite, donc autant dire que je ne partirai pas à cet âge-là. Je partirai comme tout le monde à 63 ans, avec 1.700 euros".

"Avant, c'était la fête, aujourd'hui, ce n'est plus la fête"

Il admet que le régime a pu être très avantageux par le passé, mais que ce temps-là est révolu:

"L'âge moyen de départ à la retraite à la RATP, c'est 56 ans, mais c'est terminé. Ce sont les derniers qui partent dans ces conditions. A partir de 2022, c'est mort. Ce régime a déjà été réformé. Ils vont nous faire conduire des bus jusqu'à 70 ans? Ce n'est pas possible. La RATP comme la SNCF, ça a changé. Avant, c'était la fête, aujourd'hui, ce n'est plus la fête. Après, je ne casse pas des cailloux à Cayenne, je ne me plains pas, j'ai choisi ce boulot, mais il ne faut pas croire qu'on ne fait rien, qu'on a des horaires plus que confortables, non, nous avons des contraintes".
Paulina Benavente