RMC

Etienne Chouard explique pourquoi il pense que les 'gilets jaunes' sont "exemplaires"

Etienne Chouard, professeur de droit et grand partisan du RIC depuis de nombreuses années, a disserté de l'ampleur du mouvement des "gilets jaunes" ce jeudi dans Radio Brunet.

Etienne Chouard, professeur de droit et d’économie, et auteur de "Notre cause commune. Instituer nous-mêmes la puissance politique qui nous manque" (éditions Max Milo), est considéré comme une idole par de nombreux "gilets jaunes". Cela fait en effet des années qu'il travaille sur le sujet de la démocratie directe et milite pour l'instauration d'un RIC, le référendum d'initiative citoyenne, pour redonner du pouvoir au peuple.

Invité de Radio Brunet ce jeudi, il a expliqué pourquoi il estime que ce mouvement né le 17 novembre est une bonne nouvelle pour la France. 

"Comme tous les peuples qui commencent à s’insurger ils commencent par demander à leurs élus, à leurs maîtres: ‘Donnez nous un peu plus de salaires, un peu moins d’impôts’"

"Je pense que les 'gilets jaunes' sont exemplaires, pas en tout évidemment car c’est une population diverse et variée, mais une partie importante a un comportement exemplaire. Ces gens-là maltraités sortent de chez eux, comme nous devrions tous sortir de chez nous.
Ils refont société de façon pacifique, ils font attention à ne pas se diviser avec des clivages gauche-droite et s’unissent. Comme tous les peuples du monde qui commencent à s’insurger ils commencent par demander à leurs élus, à leurs maîtres: ‘Donnez nous un peu plus de salaires, un peu moins d’impôts’ et rédigent des doléances."

"Il faudrait prendre le temps de reconsidérer le processus d’élection pour vérifier qu’il sert bien l’intérêt général"

Etienne Chouard milite ainsi pour de nouveaux mode de démocratie, faisant le constat le système de représentants indirects ne fonctionnent pas.

"L’élection est un processus infantilisant. L’anarchie et la démocratie c’est très proche. Il faudrait prendre le temps de reconsidérer le processus d’élection pour vérifier qu’il sert bien l’intérêt général. C’est une réflexion intéressante. Aujourd’hui nous voulons plus que désigner nos maîtres nous voudrions participer à la décision. Normalement un régime démocratique devrait un régime dans lequel le peuple décide. Au moins qui co-décide. Il me semble qu’il est légitime que les citoyens le demandent ou au moins qu’ait lieu ce débat."

"Le mouvement ne s'essouffle pas du tout, il n’a jamais été aussi vivace"

En donnant l’exemple d’une réunion récente à laquelle il a participé à Mont-de-Marsan jusqu'à tard dans la nuit, le professeur de droit estime que la colère des "gilets jaunes" et loin d'être retombée.

"Le mouvement ne s'essouffle pas du tout, il n’a jamais été aussi vivace. Ce que je vois sur le terrain c’est une détermination et une ferveur tout ça dans une ambiance fraternelle qui est littéralement enthousiasmante, il se passe quelque chose d’important dans le pays."
James Abbott