RMC

"La situation n’est pas grave, elle est catastrophique": le secrétaire général des commerçants indépendants lance un cri d'alarme

Restauration, hôtellerie, événementiel... Le nombre de secteurs fortement touchés par le coronavirus et les annulations s'allonge. Les chefs d'entreprises réclament l'aide du gouvernement.

Si l’épidémie de coronavirus représente une crise sanitaire importante, elle a aussi un fort impact sur l’économie. Selon le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, certains secteurs comme celui de l’hôtellerie, de la restauration ou de l’événementiel ressente déjà les effets de cette crise. En effet, de nombreuses entreprises ont déjà constaté des baisses de leur chiffre d’affaire. 
Parmi les entreprises les plus touchées, les petites PME de moins de 10 salariés. Pour Marc Sanchez, Secrétaire Général SDI, le syndicat des commerçants indépendants, "la situation n’est pas grave elle est catastrophique".

Malgré le fait que le gouvernement ait annoncé des mesures, notamment pour simplifier le chômage partiel, il s’inquiète pour l’avenir à court terme de ces entreprises. 

"Le terme de cette crise est loin et d’ici d’arriver au terme, il va falloir tenir. Et aujourd’hui on ne peut pas considérer qu’on est aidé de ce point de vue là. Après les mouvements 'gilets jaunes', après presque quatre de mouvement sur les retraites. On est vraiment sur une inquiétude à très très court terme. L’événementiel se met à être concerné de plein fouet par la problématique avec des annulations de spectacles, dans les cinémas et dans les lieux de vie de manière générale. Mais effectivement elles avaient déjà été impacté de manière importante lors de ces différents mouvements", explique-t-il. 

Selon lui, les mesures annoncées ne sont pas suffisantes et surtout qui ne sont pas adaptées pour les petites entreprises. "Pour IBM, Amazon, ces mesures sont adaptées, mais pour les entreprises de moins de 10 salariés absolument pas. Elles ne sont pas à la hauteur de l’urgence de la situation", indique-t-il.

Il en profite pour lancer un appel à Bruno Le Maire. "Sur le fond d’indemnisation, on veut aujourd’hui la mise en place d’un fond qui ait la capacité d’indemniser ou de répondre aux soucis de trésorerie des entreprises de manière urgente et immédiate", affirme-t-il. 

Guillaume Descours