RMC

Polémique Longuet sur les 35h : "Le sens de l'histoire? Travailler moins et partager le travail", estime la CGT

-

- - Thomas Samson - AFP

Jean-Pierre Mercier, délégué CGT de PSA à Poissy (Yvelines), a réagi ce mercredi dans Carrément Brunet sur RMC, aux propos la veille de l'ancien ministre Gérard Longuet, selon lequel les Français ont "des poils dans la main".

C'est une petite phrase qui ne pouvait que faire hurler les syndicats. Interrogé mardi soir sur Public Sénat sur le débat à propos des 35 heures, le sénateur de la Meuse, Gérard Longuet, a estimé que les Français "ont des poils dans les mains". En gros, qu'ils sont fainéants et ne portent pas le travail comme valeur prioritaire. Éric Brunet, qui milite depuis toujours pour la suppression des 35h, a fait réagir Jean-Pierre Mercier, délégué CGT de PSA à Poissy, ce mercredi dans son émission Carrément Brunet.

"Augmenter le temps de travail, ça créé du chômage"

"C'est une petite provocation", réagit le syndicaliste sur RMC, le terme "petite" ne collant pas avec sa colère. Jean-Pierre Mercier estime même que "le sens de l'histoire, c'est de travailler moins et de partager le travail, ainsi que de faire travailler les chômeurs qui ne demandent que ça". "Augmenter le temps de travail ! Remettez le à 40h par semaine, 50h et pourquoi pas 70h, et vous ferez combien de chômeurs ?", dénonce-t-il. Pour Jean-Pierre Mercier, "augmenter le temps de travail, ça créé du chômage". "Il faut obliger les employeurs à embaucher, qu'on travaille moins pour que tout le monde puisse travailler".

La réduction du temps de travail serait responsable de la désorganisation de l'hôpital public, selon Éric Brunet ? Que nenni, répond Jean-Pierre Mercier. "Vous dîtes que les 35h avaient désorganisé les hôpitaux, mais pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas eu d'embauches correspondantes, parce que les employeurs du public comme du privé ne veulent pas mettre la main à la poche. C'est ça la clé".

"Nous allons devoir travailler 39h payées 35"

Le syndicaliste de la CGT, très remonté, prévient : "(Les patrons) vont nous enlever les 35h. Nous allons devoir travailler 39h payées 35. Ils vont garder toute la souplesse qu'ils nous ont imposées, et après ils vont nous enlever les congés payés (…). Ils voudraient même faire sauter le Smic, baisser les salaires, quitte à ce qu'on consomme moins et que cela créé de la récession ?". "Ça m'étonne que le Medef n'ait pas encore demandé qu'on travaille gratuitement", ironise-t-il. Un avis qui n'a pas été partagé par les auditeurs de Carrément Brunet, qui ont très majoritairement voté pour une suppression des 35 heures (77%).

Philippe Gril avec Eric Brunet