RMC

A Gerzat dans le Puy-de-Dôme, les ex-Luxfer occupent leur usine

A Gerzat près de Clermont-Ferrand, des salariés et anciens salariés de Luxfer, une entreprise de fabrication de bonbonnes haute-pression, veulent empêcher leurs dirigeants de détruire leurs outils de travail.

Derrière les deux bennes bleues qui bloquent l'accès à Luxfer, la vie s'est organisée. David, par exemple, occupe l'usine: "J'ai déjà dormi là deux fois cette semaine. On se relaie. On amène notre nourriture. Toutes les nuits, la journée, le week-end, 24 heures sur 24, ça va être occupé pour ne pas détruire".

126 salariés de cette fabrique de bonbonnes industrielles ont été licenciés en 2019, mais leur projet de SCOP pour sauver 55 emplois a été refusé par la direction. Ce que ne comprend pas cet ouvrier: "Si on revenait à prendre nous-mêmes une société comme celle-là avec un peu d'investissement, on pourrait prétendre à les concurrencer et c'est ce qu'ils ne veulent surtout pas. Là on est capables de développer cette entreprise et de créer de l'emploi, et on nous dit non".

"On a un savoir-faire unique au monde qui va se perdre"

Alors les Luxfer ont une idée: produire avec leurs machines des bouteilles pour les véhicules à hydrogène. Axel Peronczyk, le délégué CGT, en appelle au gouvernement: "On a un savoir-faire unique au monde qui va se perdre. Ça permet à l'Etat de sécuriser cette filière qui est une filière d'avenir nécessaire à la sauvegarde de notre planète".

En attendant un signe du ministre de l'Economie. ces salariés n'ont pas prévu de quitter leur entreprise.

Gwenaël Windrestin