RMC

A quoi sert l'Institut français du cheval... et ses 45 millions d'euros de subventions de l'Etat par an?

Parmi vos propositions: la réduction du nombre d'agences publiques. Certaines sont très connues, d'autres sont un peu plus confidentielles, comme par exemple l'Institut français du cheval et de l'équitation qui fonctionne avec un budget plutôt confortable.

L'Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE), une coquille vide, un mastodonte qui n'a plus de sens, siffle un ancien ministre passionné d'équitation. Pas tendre avec l'Institut français du Cheval. Un institut aux moyens très larges: 45 millions d'euros de subventions de l'Etat par an, 4 sites nationaux à gérer, et 700 agents.

Des agents qui attendent pour beaucoup la retraite poursuit l'ex-ministre, très remonté. Parmi ces fonctionnaires, des maréchaux-ferrants, des vétérinaires, des écuyers, pour prendre soin des 900 chevaux sous leur charge. Mais aussi des contrôleurs, des statisticiens pour faire l'inventaire des chevaux en France.

La Cour des Comptes appelle à son extinction

Des missions déjà réalisées par d'autres institutions, selon un élu spécialiste de la filière équine, qui dénonce de nombreux doublons. A tel point que la Cour des Comptes appelle depuis 2016 à l'extinction pure et simple de l'Institut. Mais malgré des réductions de postes ces dernières années, la suppression de l'IFCE n'est pas prévue par le gouvernement.

Romain Cluzel