RMC

Affaire de la sextape: "Dans cette affaire, il y a eu des manipulations et des irrégularités"

Alain Jakubowicz, avocat de Karim Benzema

Alain Jakubowicz, avocat de Karim Benzema - AFP

TEMOIGNAGE RMC - Ce jeudi, Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football, a pris la décision d’écarter provisoirement Karim Benzema de l’équipe de France. "Il a pris l'exacte mesure de cette affaire", se réjouit ce vendredi matin sur RMC, Alain Jakubowicz, l'avocat de l'attaquant des Bleus.

Karim Benzema manquera l'Euro-2016 si son dossier judiciaire n'évolue pas: "Il n'est plus sélectionnable", a tranché jeudi Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), au sujet de l'attaquant mis en examen dans l'affaire du chantage à la sextape contre l'autre international Mathieu Valbuena. Une décision commentée en direct ce vendredi matin sur RMC par Alain Jakubowicz, l'avocat de l'attaquant des Bleus et du Real Madrid.

"Karim Benzema est très serein suite à cette annonce, assure-t-il. Noël Le Graët, sous la pression des médias et de l'opinion publique, a pris la décision minimum, sans conséquence puisqu'il n'y a pas de match de l'équipe de France avant le mois de mars. C'est une décision provisoire. Dès qu'un élément nouveau surviendrait, elle est susceptible d'être modifiée. Il n'a saisi ni la commission d'éthique, ni la commission de discipline ce qui montre bien qu'il a pris l'exacte mesure de cette affaire".

"L'exemplarité de Karim n'est plus à démontrer"

Alain Jakubowicz estime toutefois que "quand une instruction a lieu dans les médias plutôt que dans le cabinet d'un juge d'instruction, voilà les conséquences". "Cette affaire a été totalement mise à l'envers par un corbeau dont nous connaitrons l'identité. En effet, j'ai déposé une plainte contre lui, déclare encore l'avocat de Karim Benzema dans Bourdin Direct. Nous sommes parfaitement déterminés à savoir d'abord pourquoi cette personne s'est acharnée contre Karim et pourquoi il a totalement modifié les données de l'affaire".

Y a-t-il pour autant une certaine logique dans cette sanction alors que l'attaquant des Bleus est mis en examen? "On parle d'exemplarité et celle de Karim Benzema, sur le terrain, n'est plus à démontrer. Pas un seul carton rouge, tout le monde dit que c'est le meilleur des coéquipiers, le meilleur des adversaires, rappelle son avocat. Pour le reste, c'est à la fin de la partie que l'on compte les points comme on dit".

"Ce n'est pas une affaire d'Etat"

"Nous disposons d'un certain nombre d'éléments qui nous permettent de penser que cette affaire ne se passe pas du tout dans les conditions telles qu'elles sont présentées. Il y a eu des manipulations, il y a eu des irrégularités et nous en reparlerons le moment venu, certifie encore Alain Jakubowicz. En tout cas, mon objectif est clair: rendre Karim Benzema à l'équipe de France parce qu'elle en a besoin".

Enfin, alors que cette histoire enflamme la presse depuis des semaines, Alain Jakubowicz tient à en relativiser l'importance: "Ce n'est pas une affaire d'Etat. Je crois qu'il faut ramener tout ça à de justes proportions. Cette affaire a pris des mesures totalement excessives qui, j'en suis persuadé, ne passionne pas les Français".