RMC

Affaire Geneviève Legay: au cœur de l'enquête, Mediapart révèle un conflit d'intérêt et des "incohérences"

Mediapart fait une nouvelle révélation dans l'affaire Legay. Geneviève Legay c'est cette militante d'ATTAC blessée par une charge de policiers à Nice le samedi 23 mars.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Legay. Selon Mediapart, le procureur de la République de Nice a confié l'enquête préliminaire sur l'origine de ses blessures à la compagne du commissaire chargé des opérations policières.

Sa compagne, qui est donc commissaire en chef de la sûreté départementale. L'enquête pourrait être remise en cause en raison d’une relation entre deux policiers, selon le journal en ligne.

"J'étais tout à fait au courant..."

C'est son compagnon, chargé des opérations le 23 mars, qui aurait donné l’ordre de charger. Concrètement, cela ressemble à un conflit d’intérêts.

Une aberration susceptible d'éclairer différents cafouillages dans l'enquête, affirme Mediapart. Un lien de concubinage que reconnait lui-même le procureur de la république de Nice: "J'étais tout à fait au courant... Je ne vois pas en quoi cela pose problème", déclare-t-il.

"Je leur ai dit, ils ont continué à insister sur le journaliste"

Sauf que Mediapart pointe plusieurs incohérences dans l'enquête. D'abord, Geneviève Legay a été entendue plusieurs fois par des policiers dans sa chambre d'hôpital. A chaque fois, ils insistent pour lui faire dire que c'est un journaliste qui l'a poussé. "C'est faux, déclare-t-elle, je me rappelle avoir été poussée par un policier. Je leur ai dit, ils ont continué à insister sur le journaliste".

Mediapart évoque aussi les auditions des policiers qui ont participé à la charge. Aucune précision n'est demandée sur le profil des personnes bousculées. Des auditions, qui auraient été menées en faveur du commissaire qui a donné l'ordre de la charge, affirme le site d'information.

Jean-Baptiste Bourgeon (avec Caroline Petit)