RMC

Affaire Jacqueline Sauvage: "Elle fait face. Elle est très courageuse, très digne"

Jacqueline Sauvage

Jacqueline Sauvage - capture BFMTV

TEMOIGNAGES - François Hollande reçoit ce vendredi à l'Élysée les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage, qui réclament une grâce présidentielle après la condamnation à 10 ans de réclusion de cette femme de 68 ans pour le meurtre de son mari violent.

Elles ont "bon espoir". Après des semaines de mobilisation, les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage ont obtenu ce qu'elles voulaient: un rendez-vous à l'Elysée avec François Hollande. Cet entretien a lieu ce vendredi après-midi afin d'évoquer la possibilité d'une éventuelle grâce de cette femme de 68 ans, condamnée à 10 ans de prison ferme pour avoir tué son mari violent de trois coups de fusil dans le dos en 2012.

"Elle est très affaiblie"

En attendant, Jacqueline Sauvage est incarcérée dans un centre pénitencier tout neuf à Saran, dans le Loiret. Sa cellule est tapissée des photos de ses 11 petits-enfants. Un moyen de rompre l'isolement de près de trois années de détention… Un isolement qui lui pèse comme a pu le constater Valérie Boyer, députée Les Républicains qui lui a rendu visite cette semaine. "J'ai trouvé qu'elle était affaiblie, isolée, qu'elle souffrait beaucoup de cette solitude", témoigne-t-elle sur RMC.

"Elle a, de temps en temps, la visite de ses filles. Mais elles ne vivent pas toutes à Orléans donc c'est très compliqué pour elles de venir rendre visite à leur mère", ajoute la députée. Et de détailler les conditions de détention de Jacqueline Sauvage: "Les journées sont extrêmement longues et difficiles. Il ne faut pas oublier que c'est une femme de 68 ans, qui a eu une vie extrêmement dure, donc elle est très fatiguée. Malgré tout, elle fait face. Elle est très courageuse, très digne".

Hollande, pas favorable à la grâce présidentielle

Seule dans sa cellule donc, Jacqueline Sauvage passe la plupart de ses journées à lire les centaines de lettres qu'elle reçoit, dont celui de Carine Plassard qui a lancé la pétition en faveur de sa grâce. "Le but est de lui faire comprendre qu'elle n'est pas toute seule alors qu'elle l'a été pendant des années face à ses souffrances, la violence. Personne ne lui a jamais tendu la main donc c'est un moyen de lui montrer que nous sommes plusieurs milliers de personnes à être touchées par son histoire".

"Aujourd'hui, tous ces soutiens lui permettent de tenir moralement, se persuade-t-elle. C'est ce qui l'a fait avancer et se lever tous les matins". C'est pourquoi, comme tant d'autres, elle attend un geste fort du président. A noter que, par principe, a rappelé l'Elysée, François Hollande n'est pas favorable à la grâce présidentielle. Depuis le début de son mandat, il ne l'a exercée "qu'une fois en permettant une libération conditionnelle sans éteindre la peine". Il s'agissait du plus ancien détenu de France, Philippe El Shennawy, libéré en janvier 2014.

Maxime Ricard avec Aurélia Manoli