RMC

Affaire Zyed et Bouna: "que l'honneur de mon frère soit sauvé"

Le procès débute ce lundi

Le procès débute ce lundi - AFP

Le procès de deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne en danger après la mort dans un site EDF à Clichy-sous-Bois de Zyed Benna et Bouna Traoré en octobre 2005 s’ouvre ce lundi à Rennes.

Il y a dix ans, le 27 octobre 2005, une intervention de la police sur un chantier de Seine-Saint-Denis avait mis en fuite un groupe de dix mineurs parmi lesquels Muhittin Altun, Bouna Traoré et Zyed Benna. Après avoir pris la direction d'un bois, les trois jeunes ont escaladé le mur d'enceinte d'un site EDF. Bouna Traoré, 15 ans, et Zyed Benna, 17 ans, vont y être mortellement électrocutés par un arc électrique. Muhittin Altun lui sera grièvement blessé. Un drame qui avait été suivi par trois semaines d'émeutes dans les banlieues françaises.

A partir de ce lundi, le gardien de la paix Sébastien Gaillemin, 41 ans, qui était sur place, et Stéphanie Klein, 38 ans, qui était au standard du commissariat, comparaissent pour non-assistance à personne en danger. Dix ans après les faits, les frustrations demeurent chez les familles des victimes, parce que ça faisait 10 ans qu'elles espéraient ce procès. "C'était long et très difficile. Mais on a tellement besoin de ce procès qu'on est content qu'il se tienne enfin. On attend avec impatience…", assure à RMC Adel Benna, 39 ans, le grand frère de Zyed.

"On veut seulement savoir"

D’ailleurs, ce procès doit être l’occasion pour eux de rencontrer les policiers, qu'ils n'ont jamais vus jusque-là, et d’entendre leurs versions des faits. "On attend des explications et peut-être des excuses. On attend juste que la vérité soit dite et que l'honneur de mon frère soit sauvé", poursuit Adel Benna. Mais pas question de revanche, ni de haine. Les familles veulent simplement comprendre ce qu’il s’est passé ce 27 octobre 2005.

"S'il n'y avait pas eu ce drame on n'en serait pas là. On veut donc seulement savoir et comprendre puisqu'on est dans le sentiment de colère et d'incompréhension… On veut seulement savoir", insiste Siakka Traoré, le grand frère de Bouna. A noter que les deux policiers ont toujours clamé leur innocence et que dans cette affaire la police des polices n'a relevé aucune faute à leur encontre. Dans ce procès, les deux fonctionnaires encourent cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Maxime Ricard avec Antoine Perrin