RMC

Agression de policiers à Joué-les-Tours: "Il était prêt à partir..."

Un homme a agressé trois policiers samedi à Joué-lès-Tours, avant d'être abattu. -

Un homme a agressé trois policiers samedi à Joué-lès-Tours, avant d'être abattu. - - GUILLAUME SOUVANT / AFP

Samedi après-midi, Bertrand, récemment converti à l'islam, a agressé des policiers avec un couteau en criant "Allahou Akbar" (Dieu est grand), au commissariat de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), avant d'être tué. RMC a rencontré quelques-uns de ses proches. Témoignages.

Un homme a été abattu samedi après avoir agressé trois policiers à l'arme blanche au commissariat de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire. Vers 14h, il se présente dans le commissariat, armé d'un couteau et blesse au visage un premier policier qui se trouve à l'accueil, puis deux autres policiers dont une femme. L Il a ensuite été abattu par deux policiers qui ont fait usage de leur arme de fonction. Les pronostics vitaux des trois policiers ne sont pas engagés. L'agresseur, Bertrand, un Français né au Burundi en 1994 connu pour des faits de droit commun, aurait crié "Allahou Akbar" (Dieu est plus grand, en arabe). Celui qui se faisait appeler Bilal s'était converti à l'islam il y a deux ans et se serait radicalisé en fréquentant des sites Internet consacrés au jihad.

"Un geste de désespoir"

RMC a rencontré une de ses connaissances. "Il y a un peu plus d'un an il a décidé de se convertir, confirme cette source qui souhaite garder l'anonymat. Cet été, on a eu de longues conversations au cours desquelles il disait des choses assez radicales". Et de poursuivre : "Il était prêt à partir (faire le jihad, ndlr). S'il avait eu le passeport et l'argent, il serait parti combattre". Comment explique-t-il la radicalisation de Bertrand? Ce proche évoque lui aussi la piste d'internet : "Je pense que ce sont toutes les vidéos qu'il regardait qui l'ont poussé à être aussi radical. Mais cela devait aussi être quelqu'un de démoralisé. " C'est pourquoi cette connaissance estime que cette agression est "un geste de désespoir".

Khalid Bourgarne, éducateur sportif et membre de l'association de quartier "Au-delà des frontières", a plusieurs fois rencontré Bertrand dans le cadre de son travail. Il met lui aussi en avant la propagande sur Internet. "C'est un phénomène que nous ne pouvons pas contrôler. Même si un gros travail est effectué depuis des années, mais personne n'est à l'abri… C'est pourquoi désormais notre objectif est de retrouver une certaine sérénité et comprendre ce qu'il s'est passé pour éviter que cela ne se reproduise".

De nouvelles mesures de sécurité

Sur RMC, Mohammed Abdellaoui, président de la mosquée de Joué-les-Tours que fréquentait Bertrand, indique qu'il "venait presque tous les jours pendant un bon moment avant de ne plus apparaître pendant trois ou quatre mois". Mais "il y a une dizaine de jours, il est revenu. On a un petit peu parlé et il m'a justifié son absence par des problèmes familiaux. Il était un peu triste, énervé, presque en pleurs".

A noter que depuis samedi, de nouvelles mesures ont été adressées aux préfectures de France pour renforcer la sécurité aux abords des commissariats :

- fouille systématique du public à l'entrée des commissariats;

- présence systématique d'un policier armé devant les commissariats;

- vigilance sur le stationnement des véhicules;

- renforcement des patrouilles de police sur la voie publique.

De plus, le parquet anti-terroriste s'est saisi de l'enquête "pour tentative d'assassinat et association de malfaiteurs, le tout en lien avec une entreprise terroriste".

Maxime Ricard avec Lionel Top