RMC

Allocution d'Emmanuel Macron: retour sur les annonces politiques et économiques

Face au coronavirus, Macron promet qu'"aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite" et "suspend" toutes les réformes en cours.

"Nous sommes en guerre": le chef de l'Etat a martelé cette phrase lors de son allocution, lundi à 20h. Ainsi, en dehors des mesures sur la vie quotidienne face à l'épidémie, le président Emmanuel Macron a promis lundi soir qu'"aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite", face à l'épidémie mondiale de coronavirus qui bouleverse le pays.

"Celles qui font face à des difficultés n'auront rien à débourser, ni les impôts, ni les cotisations sociales", a-t-il souligné dans son allocution en évoquant aussi la "suspension des factures d'eau, de gaz ou d'électricité ainsi que les loyers" pour les PME en difficulté.

Emmanuel Macron a promis d'autre part une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros, pour faire face à la crise économique liée au coronavirus.

Municipales et réformes "suspendues"

Outre le report au 21 juin du second tour des élection municipales, comme proposé dans l'après-midi par Edouard Philippe aux principaux chefs des partis politiques, autre mesure forte prise par l'Elysée: "toutes les réformes en cours seraient suspendues", à commencer par celle "des retraites".

"Parce que nous sommes en guerre, toute l'action du gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l'épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir. C'est pourquoi j'ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues à commencer par la réforme des retraites", a souligné le chef de l'Etat.

"Dès mercredi, en Conseil des ministres, sera présenté un projet de loi permettant au gouvernement de répondre à l'urgence et, lorsque nécessaire, de légiférer par ordonnances dans les domaines relevant strictement de la gestion de crise", a par ailleurs indiqué le président Macron.

Fermetures des frontières

Enfin, il a annoncé lundi lors de son allocution télévisée que les "frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen seront fermées" dès mardi midi pour 30 jours, exception faite pour "les Français actuellement à l'étranger" qui pourront rentrer en France.

"Concrètement, tous les voyages entre les pays non européens et les pays de l'UE seront suspendus pendant 30 jours", a déclaré le président de la République, expliquant que "nous devons dans la durée nous protéger". "Les Français qui sont actuellement à l'étranger et qui souhaitent rentrer pourront bien entendu rejoindre leur pays", a-t-il précisé, leur demandant de se "rapprocher des ambassades et consulats".

Les contaminations au nouveau coronavirus en France ont marqué une nouvelle progression de 1.210 cas et 21 décès en 24 heures, portant le total respectivement à 148 décès et 6.633 cas depuis le début de l'épidémie, a annoncé le site officiel Santé publique France.