RMC

Annulation de la braderie de Lille: "c'est une catastrophe!"

-

- - AFP

La braderie de Lille qui reçoit chaque année 2 millions de visiteurs début septembre a été annulée en raison de la menace terroriste. Les Lillois sont partagés entre amertume et compréhension.

La Braderie de Lille 2016 n'aura pas lieu. La plus grande brocante d'Europe qui rassemble plus de 2 millions de visiteurs chaque premier week-end de septembre est trop difficile à sécuriser. "C'est une décision difficile qui a été mûrie depuis de nombreuses journées avec un long travail qui a essayé de mettre en avant la réalisation de l'événement. Mais le niveau de sécurité demandé par l'Etat ne pouvait être atteint", a expliqué ce lundi matin Floriane Gabriels, directrice générale adjointe à la mairie de Lille.

Et de préciser: "C'est la braderie de l'Europe, c'est un modèle très complexe dans une urbanisation dense avec un esprit libre où chacun vient s'installer mais qui rend très complexe sa réalisation dans un contexte lourd".

La braderie c'est 100 km d’étals, 10.000 exposants, des hôtels qui affichent complet durant 3 nuits et certains cafés et restaurants y assurent entre 10 et 30 % de leur chiffre annuel.

"On va tourner en rond ce jour-là"

Les commerçants et hôteliers dénoncent une décision "brutale", "un coup très dur". Les bradeux estiment que la décision a été prise "trop tard" alors qu'ils avaient déjà lancé leurs préparatifs. Pour Jacky Marquet, représentant des brocanteurs professionnels présent à la braderie, c'est une très mauvaise nouvelle: "C'est une catastrophe, on perd un des plus gros évènements de l'année. (…) C'est le moment où les marchands vendent un maximum. Certains vont peut-être perdre 15 ou 20.000 euros. Je pense que c'est infernal parce qu'on va tourner en rond ce jour-là".

Mais certains ne comptent pas se laisser abattre, comme Nathalie qui ira, ce week-end là, manger les traditionnelles moules-frites pour faire vivre un peu l'esprit de la braderie: "On a été tous très déçus de l'annulation de la braderie. Moi je me suis dit que j'avais quand même envie d'aller manger mes moules-frites. C'est vraiment un moment particulier dans la région et pas seulement pour les Lillois. Il faut quand même pouvoir marquer le coup!"

La mairie de Lille a annoncé qu'elle allait "repenser le modèle" de la braderie pour 2017.

P.B. avec Martin Bodréro