RMC

Attentat de Tunis: "C'étaient leurs premières belles vacances et ils payent le prix fort"

Des proches des victimes à la sortie de l'hôpital à Tunis

Des proches des victimes à la sortie de l'hôpital à Tunis - AFP

L'attaque, qui a frappé le musée Bardo dans la capitale tunisienne, a fait 21 morts selon un dernier bilan officiel : 20 touristes et un Tunisien. Parmi elles, il y a Jean-Claude Tissier, un Français de 72 ans, venu sur place avec sa compagne Nadine toujours portée disparue. RMC s'est rendue à Aussillon (Tarn) où il habitait et était très apprécié.

L'attentat mercredi au musée du Bardo à Tunis, revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), a coûté la vie à 20 touristes étrangers et à un Tunisien au tout début de la saison touristique. Une bonne partie des victimes étaient des croisiéristes en escale pour découvrir la capitale tunisienne et le musée national, le plus prestigieux du pays. C'est le cas de Jean-Claude Tissier, un Français de 72 ans, venu au Bardo avec sa compagne Nadine, toujours portée disparue.

"Je n'y crois toujours pas. Je ne comprends pas. Pourquoi lui?", s'interroge, encore sous le choc, son frère Alain. Et d'ajouter: "C'est mon beau-frère qui m'a appris la nouvelle. Et là… ". Puis de dresser un bref portrait de son frère: "C'était un homme doux, tolérant. Il avait un salon de coiffure à Aussillon (Tarn), faisait partie d'une troupe théâtrale et était membre du conseil municipal jusqu'à l'an dernier".

"Cela va être dur de continuer sans lui"

Artiste, artisan, Jean-Claude Tissier était en effet une figure de la ville et quelqu'un de très apprécié. Un homme décrit comme généreux, dévoué avec beaucoup de charisme raconte ce commerçant: "Il imposait, il avait des idées pour le quartier. C'était quelqu'un de bien". Récemment retraité, il se passionnait pour la peinture, le théâtre et était très investi notamment au sein de l’association culturelle de la ville. "Il était toujours présent, intéressé. Il avait toujours travaillé dans le quartier donc il était connu de tous, toujours disponible. Cela va être dur de continuer sans Jean-Claude…", estime dans Bourdin Direct la directrice de cette association.

Et puis il y a eu ce voyage, un séjour qu'il avait organisé de longue date avec sa compagne. Michel, un ami du couple encore très marqué par sa disparition, raconte: "On était content pour eux parce que c'était une belle croisière qu'ils se payaient après avoir travaillé toute leur vie dans leur salon de coiffure. Ça fait un choc… C'est pas possible ! C'étaient leurs premières belles vacances et ils payent le prix fort. C'est lâche !". Pour Didier Houlès, ancien maire d'Aussillon et ami de Jean-Claude Tissier, est très atteint par ce décès: "C'est la stupeur, la tristesse. Jean-Claude était un personnage familier de la ville, quelqu'un qui faisait partie de la vie de tous les jours, de très apprécié". Et de conclure: "Il va nous manquer".

M.Ricard avec G.Chièze et A.Perrin