RMC

Attentat de Tunis: "Nous menons une guerre de longue haleine contre le terrorisme"

Mohsen Marzouk, l’un des conseillers les plus influents du président tunisien, était ce matin l’invité de RMC pour parler de la Tunisie, à la suite de l’attaque sanglante du musée Bardo.

Mohsen Marzouk, ministre conseiller auprès du président tunisien était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi matin sur RMC. Après l'attaque sanglante à Tunis, l’un des hommes forts du gouvernement tunisien a tenu à montrer que la Tunisie ne céderait pas face au terrorisme et a appelé à l’unité nationale.

"Nous menons une guerre implacable contre ces terroristes depuis des mois et des mois", souligne-t-il. "Nous avons démantelé beaucoup de réseaux, confisqué des armes, arrêté beaucoup de monde. Mais parfois, les terroristes arrivent à mener un coup, une tentative désespérée de saboter les progrès démocratiques en Tunisie".

"C’est une guerre de longue durée", renchérit-il. "Les terroristes ont ciblé le musée car il y avait des touristes, et le Parlement voisin, car c’est le symbole de la Tunisie nouvelle".

"Il faut une concertation au niveau internationale"

"Il y a tout un tas de nationalité (Algériens, Maliens, Tchadiens, Mauritaniens, Libyens) chez les terroristes. C’est un réseau régional, ils représentent des mouvements jihadistes, des radicaux qui essayent de porter un coup à la civilisation universelle, mais aussi à tout ce qui représente le progrès et le droit humain en Tunisie".

Le ministre n’a pas nié l’influence de la situation critique en Libye voisine sur ce drame: "En Libye, le chaos est presque total. Les terroristes détiennent certaines villes et s’y entrainent en toute liberté. Il y a des passages d’armes entre nos frontières".

Mohsen Marzouk a également appelé à plus d'efforts de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme. "Il faut qu’il y ait une concertation au niveau régional et même internationale, car le jihadisme pourrait avoir un impact sur d’autres pays. La communauté internationale doit faire plus d’effort pour agir concrètement sur le terrorisme, résoudre la crise politique en Libye".

"C'est une guerre mondiale"

Enfin, le conseiller du président Béji Caïd Essebsia tenu à rassurer les touristes, notamment européens.

"C’est une guerre de longue haleine, mais le moral est au plus haut, l’unité nationale est là. La Tunisie sera toujours une terre d’accueil. La tentative des terroristes ne réussira pas à porter un coup à l’image actuelle de la Tunisie. Notre pays va monter un visage d’orgueil, de fierté, de dignité. Nous recevrons avec beaucoup d’amitié et d’amour comme d’habitude. Les terroristes sont des ennemis, quelle que soit leur nationalité. C’est une guerre mondiale: il faut mener cette lutte avec la mentalité de la guerre."

E.B.