RMC

Attentat du Bardo: "Je me sens délaissée et méprisée", dit une victime

-

- - AFP

7 mois après l'attentat du Bardo, les victimes françaises n'ont toujours pas été indemnisées. Elles se sentent oubliées et délaissées par l'Etat français.

"On a l'impression d'être oubliées alors que nous, nous sommes loin d'avoir oublié", regrette Dominique, survivante de l'attentat du Bardo. Depuis le 18 mars 2015 –date de l'attentat-, elle est en arrêt maladie, mais ne touche aucun complément de salaire. Les victimes ont seulement reçu une avance de 10 000 euros octroyés par le Fonds de garantie des victimes du terrorisme.

"Je me sens doublement victime parce qu'on ajoute à mon problème psychologique des souffrances supplémentaires. J'ai l'impression qu'on fait tout pour nous rendre la vie plus compliquée. Ce n'est pas normal, on se dit que personne n'en a rien à faire de nous", déplore-t-elle au micro de RMC.

"On n'a jamais vu un officiel français"

Françoise est du même avis. Blessée par balle dans l'attentat, elle est en colère contre le gouvernement français: "J'étais fière d'être française, aujourd'hui je le suis beaucoup moins. Je me sens délaissée et méprisée par le gouvernement. On n'a jamais vu un officiel français".

Philippe de Veulle, l'avocat de 4 victimes du Bardo, regrettecette situation: " Ils sont deux fois victimes: de l'attentat et de leur statut. Pour les victimes, c'est un véritable parcours du combattant pour obtenir des droits qui leur sont accordés par la loi. Je pense que les victimes d'attentat méritent toute l'attention. L'Etat essaie de leur rendre hommage, fait des discours, on est toujours dans l'effet d'annonce. Les victimes veulent des réparations à la hauteur de leur préjudice".

Ce lundi, pour la première fois, les victimes et proches de victimes vont être reçus par le juge d'instruction. Une première audition des parties civiles pour tenter de faire avancer l'enquête en Tunisie. Aujourd'hui, tous les suspects et complices présumés des deux tueurs du Bardo, ont été relâchés.

L'attentat terroriste dans le musée du Bardo à Tunis avait fait 24 morts (21 touristes, un agent des forces de l'ordre et deux terroristes) et 45 blessés.