RMC

Attentat en Côte d'Ivoire: pourquoi l’Afrique est une cible privilégiée?

L'attentat de dimanche en Côte d'Ivoire, revendiqué par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), est le dernier d'une liste qui s'allonge, après les attaques au Burkina-Faso, au Mali et en Tunisie. Sur RMC, Vincent Hugeux, grand reporter à l’Express, spécialiste de l’Afrique, explique pourquoi le continent est une cible privilégiée par les terroristes.

Après le Burkina Faso en janvier (attaque de l'hôtel Splendid, à Ouagadougou), le Mali (attaque de l'hôtel Radisson Blu de Bamako) en novembre dernier, et la plage de Sousse en Tunisie en juin, la Côte d'Ivoire est à son tour touchée par les terroristes. Un attentat dans la station balnéaire de Grand-Bassam, qui a fait 16 morts dimanche, dont un Français. Revendiquée par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), c'est la première attaque de ce type en Côte-d'Ivoire. Environ 18.000 Français résident en Côte d'Ivoire, qui abrite la troisième communauté française subsaharienne après celles du Sénégal et de Madagascar. "Taper Grand-Bassam, c'est taper la France", explique sur BFMTV Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l'Afrique.

"Une population expatriée extrêmement dense"

Sur RMC, Vincent Hugeux, grand reporter à l’Express, spécialiste de l’Afrique, explique pourquoi le continent, à l'instar de l'Europe, est lui aussi une cible privilégiée par les terroristes.

"Le projet jihadiste est un projet global qui défie les frontières. Les pays d'Afrique sont concernés parce que vous avez des populations musulmanes significatives, et les structures étatiques sont encore fragiles, voire parfois inexistantes, (ce qui favorise la préparation d'attentats). Par ailleurs, vous avez en permanence une population expatriée extrêmement dense, qu'il s'agisse de gens installés à demeure ou qui passent pour des missions, et vous avez la présence de l'ancienne puissance coloniale, à commencer bien sûr par la France. Tous ces facteurs combinés font de l'Afrique un objectif stratégique à long terme" pour les terroristes.

P. G.