RMC

Aubry, DSK et Royal proposeront ensemble une candidature en 2012

Martine Aubry (en haut) a assuré mercredi que le pacte de non-agression tenait bon entre elle, Dominique Strauss-Kahn (au milieu) et Ségolène Royal et qu'ils décideraient ensemble d'une seule candidature à la primaire présidentielle. /Photos prises les 17

Martine Aubry (en haut) a assuré mercredi que le pacte de non-agression tenait bon entre elle, Dominique Strauss-Kahn (au milieu) et Ségolène Royal et qu'ils décideraient ensemble d'une seule candidature à la primaire présidentielle. /Photos prises les 17 - -

Martine Aubry a assuré mercredi que le pacte de non-agression tenait bon entre elle, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal et qu'ils décideraient ensemble d'une seule candidature à la primaire présidentielle.

Sur France 2, le premier secrétaire du PS a confirmé les dates de cette consultation inédite, que plusieurs "présidentiables" souhaitent voir avancée. "Au printemps nous aurons le projet des socialistes. En juin (...) nous aurons des candidatures et à l'automne - c'est cela notre calendrier - nous demanderons aux Français à nous aider à choisir notre candidat", a défendu la maire de Lille.

Priée de dire si sa candidature éventuelle était toujours liée à la décision de Dominique Strauss-Kahn, l'actuel directeur général du Fonds monétaire international, elle a répondu implicitement par l'affirmative. "Nous avons déjà dit que nous réfléchissons ensemble. Ségolène (Royal) a dit qu'elle souhaitait aussi réfléchir avec nous et donc nous proposerons une candidature véritablement ensemble, c'est-à-dire pas l'un contre l'autre ou l'une contre l'autre", a expliqué Martine Aubry.
"On a tiré toutes les leçons du passé : les leçons de la division, de l'absence de travail et d'une responsabilité qui n'a peut-être pas été suffisamment grande", a-t-elle fait valoir. "Nous pensons d'abord aux Français. Nous préparons notre projet pour montrer qu'une autre France est possible".

Seuls deux élus socialistes ont fait pour l'instant acte de candidature officielle aux primaires : Manuel Valls et Arnaud Montebourg.

REUTERS