RMC

Barrière effondrée à Amiens: "J'ai senti la barrière craquer et je me suis retrouvé en dessous"

Une enquête est en cours pour "blessures involontaires" après l'effondrement d'une barrière lors du match Amiens-Lille ce samedi. RMC a rencontré Rémi, supporter lillois, encore sous le choc après l'accident.

Comment une barrière censée résister à la pression de centaines de supporteurs a bien pu céder? L'enquête en cours dimanche pour "blessures involontaires" devra éclairer les conditions de sécurité sur fond de polémique entre clubs, au lendemain de l'accident qui a fait 29 blessés. Rémi, 16 ans, fait partie de ces blessés. Ce supporter de Lille regarde encore une fois la vidéo de l'accident avec ses parents: "Quand on est dedans, on ne voit pas ce qui se passe. On sent juste la barrière qui craque mais on ne sait pas ce qui se passe".

Deux jours après sa chute, Rémi a encore des séquelles : "J'ai senti la barrière craquer, ça a lâché et je me suis retrouvé en dessous et après trou noir. J'ai eu un traumatisme crânien et une belle entaille à la hanche et quelques blessures superficielles".

"On en veut tous au club d'Amiens"

Rémi a été suivi par un psychologue. Encore traumatisé, il en est conscient qu'il sera difficile de retourner dans un stade: "Ca m'a quand même un peu marqué, mais si je peux, je retournerais au stade. On en veut tous au club d'Amiens".

Et ses parents, eux aussi, sont en colère contre le club d'Amiens, en colère contre le club d'Amiens qui n'a toujours pas assumé sa responsabilité dans l'accident: "On ne cherchait pas forcément de responsable, on est juste très en colère de la réaction du président d'Amiens qui, non seulement, n'a pas eu un seul mot pour les victimes et qui se permet de sous-entendre que ce qui leur arrive, c'est de leur faute. Il y a quand même un minimum de considération à avoir pour les victimes", estime la mère de l'adolescent.

Ils doivent être entendus par la police ce lundi et n'excluent pas encore de porter plainte.

Romain Poisot et Nicolas Traino (avec P.B.)