RMC

Bartoli sur RMC : « Ministre des Sports ? Ça m'intéresse »

Marion Bartoli s'intéresse beaucoup à la politique.

Marion Bartoli s'intéresse beaucoup à la politique. - -

Ce vendredi matin sur RMC et BFMTV, Jean-Jacques Bourdin recevait Marion Bartoli. La vainqueur du dernier tournoi de Wimbledon est revenue sur sa victoire et la progression de sa carrière.

A 6 ans, elle « espérait déjà pouvoir gagner Wimbledon ». Marion Bartoli était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin. La gagnate du tournoi de Wimbledon 2013 est aujourd’hui la 7e joueuse mondiale, longtemps entraînée par son propre père.

Sur le dopage

8h55 - Marion Bartoli : « Je donne une heure de mon emploi du temps tous les jours pour être disponible pour un contrôle. J’ai des contrôles inopinés à la maison, après la finale, ils passent à 6h du matin, c’est compliqué de passer entre les mailles du filet ».

La Suisse pour des raisons fiscales ?

8h55 - Marion Bartoli : « J’habite à Genève depuis plus de 10 ans, il fallait envisager un aménagement dans une grande ville où il y a un aéroport, on a décidé de bouger dans un coin tranquille ».

Sur sa discrétion dans les magazines peoples

8h53 - Marion Bartoli : « On a le temps d’avoir une vie privée. Ce qui est compliqué, c’est que comme on voyage énormément, c’est compliqué de la garder ».

Sur les attaques sur son physique d’un journaliste de la BBC

8h52 - Marion Bartoli : « Honnêtement, ça glisse très vite. J’aime bien être féminine, bien m’habiller ».

Sur le matin de la finale, avec son père

8h50 - Marion Bartoli : « Je lui ai dis : "il y a deux scénarios. Soit je ne touche pas une balle, soit si elle est un peu tendue, il va falloir être très agressive". Il m’a dit de me faire plaisir sur le cours. Je suis arrivée avec un grand sourire ».

Sur ses rapports avec son père et entraîneur pendant de longues années. Pourquoi s’être séparés professionnellement ?

8h49 - Marion Bartoli : « C’est un choix commun. On a tous les deux compris que j’avais besoin de prendre plus mes responsabilités sur le cours pour franchir ce dernier palier. Je peux être très déterminée, mais parfois aussi un peu craintive, j’avais besoin d’assumer mes choix, de me prendre plus en charge. Ça c’est fait naturellement, je préfère qu'il garde sa casquette de papa ».

Sur son père, qui a arrêté son métier de médecin pour l’entraîner

8h48 - Marion Bartoli : « Il a fallu prendre des décisions dures. Il a aimé le gout du risque, et on l’a fait. Ma famille entière a fait beaucoup de sacrifices pour moi ».

8h47 - Marion Bartoli : « Je n’ai jamais lâché mes rêves. Mais parfois je me suis sentie loin de mon rêve, quand tous les jeunes qui étaient derrière moi grimpaient beaucoup plus vite en adulte, ça a été six mois très difficiles ».

8h45 - Marion Bartoli : « Le caractère que j’ai sur le terrain, je l’ai forgé là, quand je jouais sur un boulodrome, jeune. A l’entraînement après l’école, ce n’était pas chauffé, l’eau tombait sur le cours et faisait des plaques de verglas. Il y avait des nids de poule sur le terrain ».

A 6 ans, déjà le rêve de Wimbledon ?

8h44 - Marion Bartoli : « Je regardais Pitt Sempras lever le trophée. Et un jour j’en ai eu marre, j’ai pris la raquette et j’ai joué, et la première fois que j’ai jouée, je n’ai pas raté une balle, côté revers à deux mains. Mon père était scotché ».

L’US Open, prochain objectif. « Battre Serena Williams » ?

8h44 - Marion Bartoli : « On m’a demandé comment je rêverais de finir ma saison, ce serait de jouer face à Serena Williams et de gagner ».

Amies entre joueuses ?

8h43 - Marion Bartoli : « Il y a des jalousies féminines classiques, mais il n’y a pas de jalousie sur nos passe-temps. On est toutes des filles assez simples dehors ».

Le temps pour vivre ?

8h42 - Marion Bartoli : « J’ai besoin de faire autre chose, de peindre, d’aller au musée. Quand on est sur des semaines comme les grands Chelem, sur deux semaines à Londres ou New-York, j’essaye de faire une sortie, un théâtre, une comédie musicale ».

L’intello du circuit ?

8h41 - Marion Bartoli : « J’étais plus douée à l’école qu’au tennis. Mais j’adore les défis, donc j’ai foncé là-dedans ».

Un engagement politique ?

8h40 - Marion Bartoli : « Les débats de fond m’intéressent. Sur le terrain de tennis, c’est un peu la guerre, on n’est pas là pour se faire des cadeaux non plus. Et je suis quelqu’un d’engagé, donc les débats m’intéressent. Je pourrais m’engager, même dans les sports ».

Sur le dernier service

8h38 - Marion Bartoli : « Je me suis dit que ce n’était pas le dernier point. Je savais où j’allais servir. Je m’étais mis dans la tête que le match n’était pas fini, que ce n’était pas maintenant. Donc j’ai essayé de faire le vide autour de moi ».

8h37 - Marion Bartoli : « Après 15 jours de marathon intense de médias, j’ai pu me poser et regarder le DVD du match. J’ai eu l’impression de bien me déplacer, bien gérer. Il y a eu les remontées, je me souviens de ce que j’ai ressenti sur les derniers points. Ça a été beaucoup d’émotions ».

Revivez aussi l'émission Bourdin & Co de ce vendredi matin.

Mathias Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin