RMC

Bourreau de Daesh: qui est Maxime Hauchard?

Maxime Hauchard, 22 ans, ferait partie des bourreaux de l'Etat islamique, en Syrie.

Maxime Hauchard, 22 ans, ferait partie des bourreaux de l'Etat islamique, en Syrie. - BFMTV

Maxime Hauchard, 22 ans, est originaire de l'Eure, en Normandie, et avait rejoint la Syrie en août 2013, après deux séjours en Mauritanie. Il pourrait être impliqué dans une exécution de prisonniers syriens, égorgés et décapités.

La justice française a ouvert, lundi, une enquête pour assassinat en bande organisée dans le cadre d'une entreprise terroriste, "visant les agissements de deux Français". Ces derniers pourraient être impliqués dans la décapitation de prisonniers dans une vidéo diffusée dimanche par le groupe Etat islamique (EI), a annoncé le procureur de Paris François Molins. L'un d'entre eux est "le nommé Maxime Hauchard" a-t-il confirmé. Il a en effet été identifié dans la mise en scène du groupe jihadiste dans la "vidéo de propagande" diffusée dimanche.

Ce Normand de 22 ans a quitté la France pour rejoindre la Syrie "le 17 août 2013 sous couvert d'action humanitaire", a-t-il détaillé. En juillet, interviewé par BFMTV via Skype, le jeune homme avait dit s'être "converti seul", sur Internet, à 17 ans et s'appeler désormais Abou Abdellah, son "nom de jihadiste". A Bosc-Roger-en-Roumois, commune de 3 200 habitants à une trentaine de kilomètres au sud de Rouen, on avait bien noté le changement d'apparence de Maxime, qui portait barbe et djellaba. Mais personne n'aurait imaginé qu'il puisse appartenir un jour aux tueurs de l'EI tant Maxime avait la réputation d'être un "gentil garçon".

"Je pense qu'il s'est fait influencer par une organisation pas fréquentable…"

C'est ce que confirme à RMC, Matthieu, l'un de ses plus proches amis : "C'était un garçon très calme, discret, très poli, bien élevé… Un enfant de bonne famille, assez réservé". Mais, selon ce proche, "Maxime était une personne influençable. Il m'arrivait de lui demander des choses qui ne se demandent pas et lui me disaient toujours oui. Je pense donc qu'il s'est malheureusement fait influencer par une organisation pas fréquentable…" Maxime était donc un adolescent influençable, un garçon qui jusque l'âge de 16 ans était le premier pour partir faire la fête avec ses amis. Il fréquentait les filles, il bricolait sa mobylette et si, avec sa petite bande, il a fait quelques bêtises cela n'a jamais été bien grave.

Mais dès qu'il se lance dans un projet, "Maxime fait toujours les choses à fond" comme l'attestent ses amis Matthieu et Antoine. C'est aussi un adepte d'Internet. Il surfe pendant des heures sur la toile, visionne des heures et des heures de vidéos. A force, il finit par avoir des doutes sur tout. A 17 ans, il décide donc de se convertir à l'Islam et apprend à prier en regardant ces mêmes vidéos.

"Il est tombé sur des vidéos de propagande et voilà…"

Dans Bourdin Direct ce mardi, son ami Matthieu corrobore cette version : "Je sais très bien comment il est tombé dans la religion : c'est en regardant des vidéos sur internet. Au début ce sont plus des vidéos pour savoir comment prier, ce qui est permis ou non. Mais au fur et à mesure, au fil des années il est tombé sur des vidéos de propagande et voilà…".

Cela n'empêche pas Maxime de décrocher son bac technologique avec mention assez bien. Mais petit à petit, le jeune homme se transforme. Patricia, une voisine de la famille à Bosc-Roger-en-Roumois, témoigne pour RMC : "Il y a deux ans je l'ai vu changer d'un seul coup. Il ne s'habillait plus pareil, portait une grosse barbe, la djellaba… J'avoue avoir été un peu choquée".

La Mauritanie puis la Syrie

Fin 2012, le jeune homme s'envole pour la Mauritanie et étudie dans plusieurs écoles coraniques. Après quelques mois sur place, début 2013, Maxime rentre en France. C'est à ce moment-là qu'il aurait véritablement basculé. Il revient avec une idée en tête partir faire le jihad et souhaite rejoindre le Mali afin de combattre aux côtés des membres d'Aqmi (Al Qaïda au Maghreb islamique, ndlr) contre les forces françaises. Trop compliqué.

Alors ce sera la Syrie. Il embarque le 17 août 2013 via la Turquie. Pourtant, son ami Antoine l'assure : "Quand il était en France jamais il ne m'a dit : 'Je vais partir faire le jihad en Syrie'. Jamais il ne m'a dit ça concrètement. Ce n'est qu'une fois qu'il est arrivé sur place… Il m'a expliqué qu'il voulait faire le jihad, qu'il était déterminé, qu'il ne voulait pas revenir comme avant, que ce n'était plus sa vie, que sa vie était en Syrie…". Depuis tout est allé très vite…

Maxime Ricard avec Céline Martelet