RMC

Braderie de Lille: la population appelée à la vigilance après les attentats

Après la tentative présumée d'attentat dans un Thalys, le préfet du Nord a appelé la population à la vigilance pendant la grande braderie de Lille, qui débute ce samedi 5 septembre. Les brocanteurs oscillent entre inquiétude et confiance, tandis que la police assure que tout a été fait pour assurer la sécurité.

C'est une braderie de Lille sous vigilance renforcée qui débute ce samedi 5 septembre. Près de 2,5 millions de personnes sont attendues, et cette année, après les récents attentats, il devrait y avoir autant d'yeux attentifs au moindre objet isolé ou comportement bizarre. Pour compléter l'action des forces de police, le préfet du Nord a explicitement demandé à la population (brocanteurs, bradeurs et chineurs) d'être plus vigilants que de coutume. Ils sont invités à composer le 17 ou le 112 en cas de "constatation suspecte".

"On ne sait pas sur qui on peut tomber"

Un message bien reçu par Odette, qui participe à la braderie de Lille depuis 20 ans. Elle l'assure, "on sera plus vigilants que d'habitude". "On ne sait pas sur qui on peut tomber. Des gens qui vont venir avec une mitraillette, des bombes... On ne sait pas, on ne sait jamais", poursuit la bradeuse sur RMC.

"Il ne faut pas avoir peur et continuer à vivre normalement", juge au contraire Pascal, brocanteur et collectionneur de cannettes de soda, qui ne veut pas croire à un éventuel attentat terroriste. "Il ne faut pas tomber dans la psychose, approuve Thierry Depuyt, secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police. Il faut être vigilant mais il faut quand même pouvoir profiter de cette braderie avec sa famille". Il l'assure, les autorités ont vraiment mis "tous les moyens pour pouvoir assurer une sécurité efficace".

"Il n'y a aucune menace sur la braderie"

Ce que confirme Didier Perroudon, directeur départemental de la sécurité publique du Nord. Il se veut rassurant. "Il n'y a aucune menace sur la braderie. Il n'y a pas de raison d'être plus inquiet que pour autre chose. La seule chose, c'est que nous sommes dans une situation internationale et nationale qui est compliquée et donc on va retrouver les mêmes risques que dans tous les rassemblements de foule dans le climat actuel, que ce soit dans un grand magasin, ou dans une gare".

Un dispositif de sécurité identique à l'an dernier

Plus de 2.000 personnes dont policiers, gendarmes et douaniers seront mobilisées tout le week-end et jusqu'à lundi matin. Un dispositif temporaire de caméras mobiles sera également installé "afin d'optimiser la surveillance des flux et faciliter l'intervention des secours", a expliqué la préfecture. Un hélicoptère et une brigade équestre, composée de gendarmes français et belges, seront également mobilisés.

Philippe Gril avec Benoît Ballet.