RMC

Bulletin sans notes: "Avec les couleurs, il y a beaucoup moins de pression"

REPORTAGE - Le collège Jean-Philippe Rameau à Versailles expérimente le bulletin sans notes depuis deux ans dans deux classes pilotes, une de 6e et une autre de 5ème. Ici, pas de notes sur 10 ou sur 20 mais des couleurs...

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, présente ce mercredi le nouveau bulletin des collégiens pour la rentrée 2016. Un bulletin sur lequel les notes seront facultatives. Concrètement, dès la rentrée prochaine, celui-ci aura deux face: le recto sur lequel les professeurs évalueront les compétences de leurs élèves sur une échelle de 1 à 4 allant de l'objectif d'apprentissages non atteints, à l'objectif dépassé (en passant par partiellement atteint et atteint). Et le verso, optionnel, qui ressemble au bulletin traditionnel noté sur 20.

"L'impression que l'on retournait en maternelle"

Un bulletin sans notes expérimenté depuis deux ans dans deux classes pilotes (une de 6ème et l'autre de 5ème) du collège Jean-Philippe Rameau de Versailles. Ici, pour évaluer les compétences des élèves, on n'utilise donc pas les traditionnelles sur 10 ou sur 20 mais un dégradé de rouge ou de vert. Ce qui a surpris Marion, entrée au collège l'an dernier: "J'ai eu l'impression que l'on retournait en maternelle".

Mais, aujourd'hui, elle s'est habituée à ce nouveau système. "Par exemple, en sciences physiques, j'ai eu un vert + en connaissances et un orange en orthographe. Ça me dit qu'en orthographe, il faut vraiment que je m'améliore. Je dois donc continuer à travailler les connaissances mais surtout l'orthographe", explique-t-elle. Sa copine Sarah, elle, a rejoint la classe sans notes seulement en 5ème. Et c'est un véritable soulagement.

Plus d'exigence

"L'année dernière, je n'étais pas vraiment merveilleuse, je n'avais pas des très, très bonnes notes. J'avais deux-trois notes en dessous de 10. Je stressais car j'avais peur que mes parents se fâchent un peu, admet-elle. Alors qu'avec les couleurs, il y a beaucoup moins de pression".

Pas de note sanction donc pour les élèves en difficulté, mais plus d'exigence pour ceux qui ont des facilités avoue François Auffray, professeur d'Histoire-Géographie: "En temps normal, ces élèves auraient 15 ou 16. Mais là, on est en droit de leur mettre du rouge ce qui veut dire 'tu pourrais faire beaucoup mieux'. Ce que les parents comprennent très bien". Enfin pas tous. En effet, à la rentrée, certains parents ont obtenu que leurs enfants retrouvent une classe avec des notes.

M.R avec Marion Dubreuil