RMC

Casse-tête des vacances de la Toussaint: "J'ai fait sécher les cours à mes enfants"

Certains parents ont décidé de faire sécher leurs enfants pour partir plus tôt en vacances

Certains parents ont décidé de faire sécher leurs enfants pour partir plus tôt en vacances - AFP

Cette année les vacances de la Toussaint débuteront un mercredi (19 octobre) et finiront un jeudi (3 novembre). Un calendrier inédit loin de satisfaire les parents d'élèves. Certains, comme Stephan et son épouse, ont donc décidé de faire sécher leurs enfants et de partir en vacances plus tôt.

"J'ai deux enfants de 16 et 11 ans et, avec mon épouse, nous avons décidé de les faire sécher. Parce qu'au niveau des réservations ça ne pouvait pas coller de partir un jeudi matin pour rentrer le mercredi. En effet, pour réserver des séjours en France du mercredi au mercredi c'est compliqué, c'est pour ça qu'avec ma femme ils sont partis à l'étranger, où c'est plus souple. Mais il fallait qu'ils partent mardi matin. L'aîné a donc séché la journée de mardi et la demi-journée de ce mercredi. Le plus petit, lui, n'a cours qu'une demi-journée sur deux le mercredi. Il n'a donc raté qu'une journée de cours.

"Ils vont récupérer les cours et les devoirs à faire via internet"

On s'est un peu 'arrangé' avec le collège. Ils sont partis avec leurs affaires et ils vont récupérer les cours et les devoirs à faire via internet. Mais bon ce nouveau calendrier n'est pas logique du tout. C'est beaucoup plus simple quand les enfants finissent un vendredi soir et reprennent un lundi matin. Ce serait beaucoup plus simple pour que les gens, ceux qui peuvent, partent en vacances. Pour s'organiser au niveau du boulot, des réservations…

Nous, nous sommes travailleurs indépendants donc ça va car on peut arriver à jongler avec les jours de repos. Mais tout le monde ne peut pas se le permettre. Ma femme a un commerce donc elle a pu s'organiser avec ses salariés et moi je suis viticulteur donc je n'ai pas pu partir avec eux car en ce moment il y a du travail. Ce serait forcément mieux si l'an prochain les vacances revenaient à des dates normales, que le calendrier ne soit pas des demi-semaines".

propos recueillis par Maxime Ricard