RMC

Chantage contre le roi du Maroc: "On ne peut exclure une tentative de déstabilisation terroriste"

Mohamed VI, roi du Maroc.

Mohamed VI, roi du Maroc. - Fadel Senna - AFP

Me Eric Dupond-Moretti, l’un des avocats du roi du Maroc, a déclaré ce vendredi sur RMC avoir en sa possession des éléments pouvant prouver que les deux journalistes français qui ont tenté de faire chanter Mohammed VI ont certainement été manipulés par des terroristes.

Les journalistes français, Éric Laurent et Catherine Graciet, soupçonnés d'avoir fait chanter le roi du Maroc, Mohammed VI, ont-ils été manipulés par des terroristes ? Les deux journalistes chevronnés ont été arrêtés jeudi à Paris, accusés d'avoir demandé 3 millions d'euros au roi pour ne pas publier leur livre contenant des informations compromettantes sur le régime marocain. 

Manipulation ? "C'est en tout cas la principale question posée par cette affaire", selon Me Eric Dupond-Moretti, l’un des avocats du roi du Maroc, invité ce vendredi de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. "La vraie question c'est 'est-ce qu'il n'y a pas eu de manipulation ou une instrumentalisation qui viendrait de terroristes', sachant que le Maroc est en pointe dans la lutte contre le terrorisme" islamique ? "On ne peut pas exclure autre chose que la vénalité".

"Des conséquences géopolitique"

Me Eric Dupond-Moretti l'assure : "On a un certain nombre d'éléments plausibles qui nous permettent dès à présent de penser qu'il s'agit d'une manipulation. Des éléments que nous allons transmettre aux trois juges d'instruction. Il y a quand même un certain nombre de conséquences géopolitique, qu'à l'évidence ces deux personnages n'ont pas mesurées… Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment".

Un "enregistrement audio et vidéo, du fric dans la poche"

"On ne peut pas imaginer que des gens à priori intelligents et qui connaissent les mécanismes judiciaires (Éric Laurent et Catherine Graciet) se soient laissés embarquer dans un truc pareil. Comment peut-on imaginer faire chanter le roi du Maroc ? On ne peut exclure une tentative de déstabilisation du Maroc (venant de terroristes)", poursuit l'avocat.

Si pour l'instant Éric Laurent et Catherine Graciet sont présumés innocents, Me Dupond-Moretti rappelle qu'il y a un "enregistrement audio et vidéo, du fric dans la poche et un contrat signé dans lequel ils s'engagent à ne pas publier leur brûlot". "Mais je le concède, ils sont présumés innocents", glisse avec ironie l'avocat du roi du Maroc.

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin