RMC

Chaque ministre est prié de venir avec six réformes faites ou à faire: comment Macron organise la fin de son quinquennat

Mesures liberticides, dictature, apartheid, coup d’Etat sanitaire… les anti Macron dépassent-ils les bornes?

Mesures liberticides, dictature, apartheid, coup d’Etat sanitaire… les anti Macron dépassent-ils les bornes? - AFP

Parmi les mesures qui reviennent: la réforme polémique des retraites...

Chaque ministre est prié de venir avec six réformes faites ou à faire: Macron réunit mercredi le dernier séminaire gouvernemental de rentrée du quinquennat afin de cadrer les 200 derniers jours avant la présidentielle.

Pour cette réunion, organisée dans la foulée d'un court Conseil des ministres, les membres du gouvernement devront chacun apporter trois réformes pouvant aboutir d'ici à 2022, grandes ou petites, ainsi que trois actions réalisées qui pourront être valorisées dans le bilan global d'Emmanuel Macron.

"Valoriser le bilan", tel sera l'un des axes principaux de la campagne de la macronie, pour qui l'opinion publique ne connaît pas assez les actions réalisées. Jean Castex "portera un message important sur le fait que les 200 jours qu'il reste soient utiles", indique son entourage. "Le moment du bilan n'est pas encore venu: oui il faut être fier de ce qui a été fait mais le bilan et l'action sont inséparables", insiste la même source. 

Parmi les réformes encore réalisables, figurent le nouveau plan d'investissements qui sera présenté par le président à l'automne, la mise en oeuvre de la loi climat et de celle contre le séparatisme, ainsi que le "Beauvau de la sécurité" qui doit donner de nouveaux moyens à la police.

En revanche, le chef de l'Etat reste très prudent sur la réforme des retraites, dont l'hypothèse vient d'être relancée mais qui divise la majorité. Même si les deux conditions que cite régulièrement l'exécutif, à savoir la situation sanitaire et la reprise de l'économie, avec prévision de croissance de plus de 6% en 2021, semblent en bonne voie, Gabriel Attal met en avant la nécessaire "unité du pays" sur ce sujet clivant.