RMC

Charges explosives à Bastia: "On a eu peur" confie un employé des Finances publiques

Jean-Pierre Battestini, secrétaire général local de la CGT Finances Publiques, présent sur place, ne cache pas son inquiétude.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie des enquêtes sur les deux charges explosives découvertes lundi devant une trésorerie et la direction départementale des finances publiques à Bastia.

Une première charge explosive a été trouvée lundi matin devant une trésorerie au nord de Bastia. Quelques heures plus tard, une deuxième charge, constituée d'un bidon et d'une mèche, a été découverte devant la direction départementale des finances publiques de Bastia, entraînant l'évacuation des agents et l'intervention des démineurs.

"Je ne vois comment on va s'en sortir encore longtemps"

Sur RMC, Jean-Pierre Battestini, secrétaire général local de la CGT Finances Publiques, raconte sa frayeur: "On a eu peur. Quand le collègue a soulevé la grille et qu'on a vu la mèche, comme nous ont dit les policiers, si ça avait sauté, 100 grammes de TNT, ça vous arrache la tête". 

Il fustige cet acte de violence: "On ne sait pas de quoi demain sera fait. Les tensions s'exacerbent entre le gouvernement, l'Etat et la majorité nationaliste. On a à côté le libéralisme qui détruit les services publics, alors qu'on essaie de maintenir ces services de proximité, si, en plus, on a les poseurs de bombes, je ne vois comment on va s'en sortir encore longtemps".

Cette découverte intervient juste avant la visite dans l'île, jeudi, du président de la République Emmanuel Macron, et fait suite à deux attentats ce week-end en Corse-du-Sud et Haute-Corse contre deux villas qui ont été en partie détruites.

Rémi Ink et avec Xavier Allain