RMC

Chez Bourdin ce 2 septembre

Retrouvez Bourdin & Co avec Jean-Jacques Bourdin jusqu'à 9 heures.

Retrouvez Bourdin & Co avec Jean-Jacques Bourdin jusqu'à 9 heures. - -

Ce lundi, Me. P. Gontard a défendu les parents qui ont acheté un bébé à Marseille. C. Régnard a soutenu la réforme pénale de C. Taubira. P. Mennucci a appelé à un vote au Parlement sur l’intervention en Syrie. 8h35 : NKM.

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce lundi sur RMC :

9h : Merci à tous d’avoir suivi le live de Bourdin & Co ce matin, n’hésitez pas à poursuivre les débats en réagissant ci-dessous ! Rendez-vous demain dès 7h !

A 8h35, Jean-Jacques Bourdin reçoit Nathalie Kosciusko-Morizet. La candidate UMP aux municipales parisiennes est au coude-à-coude avec sa rivale socialiste Anne Hidalgo dans les sondages et réagit au dossier syrien et à un éventuel retour de Nicolas Sarkozy.

8h25 - Le parti pris d'Hervé Gattegno : En Syrie, Hollande doit prendre ses responsabilités.

Patrick Mennucci, député PS des Bouches-du-Rhône

Mercredi, le Parlement se réunira pour débattre d’une éventuelle intervention en Syrie, mais sans voter. Les élus britanniques, eux, ont pu voter et se sont opposés à une intervention, et le Congrès américain sera aussi amené à se prononcer la semaine prochaine. En France, l’opposition demande donc aussi ce vote sans quoi, pour Patrick Mennucci, l’intervention ne serait pas légitime et les troupes perdront leur soutien populaire.

-> Intervention en Syrie : le Parlement doit-il voter

Sur les propos d’Harlem Désir, qui avait critiqué la droite pour son « esprit munichois » dans ce dossier.

8h17 - Patrick Mennucci : « Sur la réception de monsieur Assad, je crois qu’Harlem Désir a raison de rappeler les liens entre la droite française et le gouvernement de Bachar Al-Assad. Sur les Munichois, je n’utiliserais pas les mêmes mots ».

8h16 - Patrick Mennucci : « Je me place dans une volonté de modernisation des institutions. Nous devons regarder les pays qui nous entourent, les alliés consultent leur Assemblée. On peut parfaitement considérer que nous avons intérêt à moderniser la vie publique ».

8h15 - Patrick Mennucci : « J’interviens en soutien de l’exécutif. Il faut que l’Assemblée nationale joue son rôle. On peut attendre la position du Congrès américain, on peut voter le 11 ou le 12 ».

8h12 - Patrick Mennucci : « Je souhaite un vote parce que, comme tous les parlementaires, je rencontre mes électeurs. Tout le week-end, les Marseillais m’ont parlé de ça. Il y a des interrogations liées à la confusion en Syrie. Il me semble que quand il y a une telle interrogation, le débat doit être porté par l’Assemblée nationale ».

7h50, les coulisses de l'économie, avec Jean-Marc Daniel - RSA : oublier les riches et s'occuper des pauvres.

Christophe Régnard, président de l'Union syndicale des magistrats (USM)

Dans le conflit qui opposait Christiane Taubira (Justice) à Manuel Valls (Intérieur), le président de la République a tranché en faveur de la première, qui a présenté son projet de réforme pénale comprenant la fin des peines plancher, des sorties sèches de prison (sans accompagnement), des sursis automatiques et l’instauration de peines de probation. Christophe Régnard estime qu’il s’agit précisément de la réforme que souhaitaient les magistrats.

-> La prison encourage-t-elle la récidive ?

7h48 - Christophe Régnard : « Les moyens sont insuffisants. Dans les pays où ça fonctionne, chaque conseiller d’insertion suit entre 20 et 30 personnes. Chez nous, c’est 100 à 120 personnes, et on descendrait à 80. C’est un vrai problème de moyens et c’est pour ça que Matignon a arbitré sur un différé dans le temps de la mesure, pour avoir le temps d’embaucher ».

Peu de changements ?

7h46 - Christophe Régnard : « Deux évolutions majeures : la suppression des peines plancher qui ont montré leur inefficacité, et cet examen systématique aux deux tiers des peines pour éviter les sorties sèches. Vous êtes certain que quand vous laissez les gens aller au terme de leur peine, ils sortent sans suivi, donc un risque majeur de récidive car ils se retrouvent sans encadrement, sans logement, sans travail ».

Un délinquant condamné à 5 ans de prison sort-il au bout des deux tiers ?

7h42 - Christophe Régnard : « Si vous êtes condamné à moins de 2 ans, vous pouvez bénéficier d’un système d’aménagement voulu par Michèle Alliot-Marie. Nous avons pesé pour que le juge décide, en fonction de l’intéressé, s’il peut être libéré. On sort du caractère automatique, on retrouve un système cohérent ».

7h42 - Christophe Régnard : « Le projet qui sortait tel quel de la conférence de consensus était empreint de dogmatisme. Nous voulions éviter tous les dispositifs d’automatismes, notamment pour les libérations. Il y avait aussi un vrai problème, celui des moyens, qui n’est pas complètement levé »

7h25, les coulisses de la politique avec Véronique Jacquier : Les amis de Nicolas Sarkozy se comptent à Arcachon.

Maître Patrice Gontard, avocat du couple ayant acheté un bébé à Marseille

C’est une info RMC : à Marseille, un trafic présumé de bébés a été démantelé au sein de la communauté des gens du voyage. Un couple en mal d’enfant, sédentarisé, avait acheté le bébé d’un autre couple de la communauté Rom contre 8 000 euros et une voiture d’occasion. Le réseau, lui, aurait des ramifications jusqu’en Corse et d’autres bébés auraient pu avoir été vendus.

7h24 - Patrice Gontard : « L’enfant est placé par les services sociaux, le père biologique est incarcéré, la mère est partie. Aujourd’hui, chez l’adoptant, ce qui reste, c’est une immense détresse d’avoir perdu cet enfant ».

7h23 - Patrice Gontard : « Quand des couples vont en Thaïlande dépenser 40 000 euros pour acheter un enfant, eux ont fait d'une autre manière ».

7h22 - Patrice Gontard : « La somme devait être de 10 000 euros, la communauté familiale s’est cotisée. Ce n’est pas un achat dans la rue. Ils ont accompagné la mère biologique à la maternité, le père a déclaré l’enfant, ils ont pris possession de l’enfant trois jours après. Tout démontre qu’ils ont aimé pendant un mois et demi cet enfant et qu’il ne manquait de rien ».

7h21 - Patrice Gontard : « Ils ont rencontré quelqu’un dans un rassemblement évangéliste, ils ont fait part de leur détresse ne pouvant pas avoir d’enfant après 4 FIV. Leur interlocuteur leur a proposé un enfant qui allait naître et qui, a-t-il dit, serait sans doute plus heureux en France ».

Il est bientôt 7h, suivez Bourdin & Co avec Jean-Jacques Bourdin et toute son équipe en direct jusqu'à 9h.

M. Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin