RMC

Chez Bourdin ce 26 août

Retrouvez Bourdin & Co avec Jean-Jacques Bourdin jusqu'à 9 heures.

Retrouvez Bourdin & Co avec Jean-Jacques Bourdin jusqu'à 9 heures. - -

Ce lundi sur RMC, A. Grimaldi, à l’origine d’une pétition pour sauver la Sécu ; JF Pilliard, a dit pourquoi le Medef ne veut pas de hausse de la CSG, et JM Le Guen a proposé de repousser l'âge légal de départ à la retraite.

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce lundi sur RMC :

9h : Merci à tous d’avoir suivi le live de Bourdin & Co ce matin, n’hésitez pas à poursuivre les débats en réagissant ci-dessous ! Rendez-vous demain dès 7h !

A 8h35, Jean-Jacques Bourdin reçoit Hervé Mariton, député de la Drôme en charge du projet des retraites à l'UMP. L'élu souhaite un allongement de la durée de cotisation et un recul de l'âge légal de départ, mais pas de hausse de la CSG ni des cotisations.

8h25 - C'est l'heure du parti pris d'Hervé Gattegno : A Ayrault, les retraites ; à Hollande, le retrait.

Jean-Marie Le Guen, député (PS) de Paris

Le député socialiste de Paris, spécialiste des questions de santé, regrette que la réforme des retraites passe avant celle de la Sécurité sociale, un choix « extraordinairement dangereux politiquement et socialement » selon lui. L’élu est opposé à l’idée d’une hausse de la CSG, pourtant souhaitée par la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, pour financer la réforme des retraites.

Sur la pétition « pour un débat public sur la santé ». La sécurité sociale menacée ?

8h17 - Jean-Marie Le Guen : « On ne peut pas dire que le gouvernement a mis en cause la Sécurité sociale. Je comprends que les personnels de santé veuillent un débat plus général. Il faut préserver le niveau de protection sociale, c’est pour ça que j’étais réservé sur le fait de mettre de la CSG sur les retraites ».

8h16 - Jean-Marie Le Guen : « Ceux qui ont 30 ou 40 ans aujourd'hui seront en pleine forme à 70 ans. Ils peuvent travailler plus longtemps, mais pas jusqu'à 70 ans bien sûr ».

Sur une possible hausse de la CSG pour financer les retraites

8h15 - Jean-Marie Le Guen : « La CSG est pour financer l’assurance maladie, qui est déficitaire. Ça introduirait de la confusion. On doit agir essentiellement au niveau des mesures d’âge. Je suis pour réfléchir, sans tabou, sur une augmentation de l’âge de départ à la retraite. Quand Nicolas Sarkozy l’a fait, il ne prenait pas en compte les carrières longues, François Hollande a changé la règle. Nous pourrions continuer dans cette voie, mais ce n’est pas la voie choisie par le gouvernement ».

Sur les impôts

8h12 - Jean-Marie Le Guen : « Il était normal d’augmenter les impôts par rapport à la situation, et de mettre plus de justice. Mais il faudra clarifier ce qui est de circonstance et ce qui est juste fondamentalement ».

-> Retraites : préférez-vous payer plus ou travailler plus longtemps ?

Jean-François Pilliard, vice-président du Medef

Alors que le gouvernement doit annoncer en septembre les grandes lignes de la réforme des retraites, le Medef rejette l’idée d’une hausse de la CSG et des cotisations (il aurait simplement accepté une hausse de 0,1 point des cotisations sur les plus hauts salaires à certaines conditions). En revanche, il réclame un allongement de la durée de cotisation à 43 ans et un recul de l'âge légal à 63 ans dès 2020.Le Medef dénonce aussi le « mauvais coup porté aux entreprises, à la croissance et à l'emploi », avec le Contribution climat énergie.

Sur les hausses des cotisations

7h48 - Jean-François Pilliard : « Nous n’en voulons pas. Tout ceci est lié à l’Etat de sous-compétitivité des entreprises françaises. On ne peut pas espérer une reprise de la croissance si nos entreprises ne sont pas dans la possibilité d’investir. Chaque fois qu’on accroit les charges, déjà extraordinairement importantes, on joue contre l’emploi et la croissance ».

7h47 - Jean-François Pilliard : « L’équité doit être un élément important de la négociation »

Sur les inégalités. Un cadre vit plus vieux qu’un ouvrier.

7h46 - Jean-François Pilliard : « Il y a des situations différentes liées au type d’emploi, mais aussi liées à des tas d’autres facteurs, son hygiène de vie, son mode de vie, etc. »
JJB - « Un ouvrier a une mauvaise hygiène de vie par rapport à un cadre ?
Jean-François Pilliard : « Ce n’est pas ce que je dis, mais on doit regarder les choses avec rigueur et précision. Il faut prendre en compte certaines situations spécifiques, ce qui est déjà le cas pour une bonne part d'entre elles ? Il existe en France des dispositifs de carrière longue, d’exposition à l’amiante, ou d’invalidité. Chaque année, sur une classe de 600 000 personnes qui partent à la retraite, 20% d’entre eux partent prématurément ».

Sur l’âge légal de départ à la retraite, qui ne devrait pas être repoussé

7h44 - Jean-François Pilliard : « Nous regrettons que cette solution soit écartée d’emblée. La situation des régimes de retraite est préoccupante, et le problème est structurel. Le seul moyen de donner une pérennité, c’est d’agir sur deux critères : l’âge légal de départ et la durée de cotisation ».

Professeur André Grimaldi, professeur de diabétologie à la Pitié-Salpêtrière à Paris

-> La Sécu est-elle menacée ?

Le professeur André Grimaldi a lancé une pétition « pour un débat public sur la santé », signée par 140 médecins et politiques de droite comme de gauche. Ils estiment que la Sécu, en danger, est menacée d’une privatisation rampante à cause d’une montée en puissance des mutuelles.
Ils demandent donc « un large débat citoyen » suivi d'un « vote solennel » à l’Assemblée nationale « sur le choix entre le financement des dépenses de santé par la Sécurité sociale ou par un assureur privé dit complémentaire ».

7h24 - André Grimaldi : « En matière de santé, l’égalité est une condition de la qualité. On a la chance d’avoir la Sécu, ayons un débat national. Tout ça se fait petit à petit, sans débat ».

7h23 - André Grimaldi : « La Sécu couvrira pour les plus précaires et les plus malades, pas les autres. Les classes moyennes vont en avoir marre de payer deux fois et ne voudront plus payer la Sécu, qui ne leur rembourse plus rien ».

7h21 - André Grimaldi : « Le gouvernement a fait le choix de privilégier les assureurs privés. Il y a déjà 4 milliards de subventions pour les entreprises. Les complémentaires, c’est moins d’égalité, moins de solidarité, et c’est beaucoup plus cher ».

7h20 - André Grimaldi : « La pétition a été signée par des gens de tous bords, c’est un front républicain ».

Bientôt 7h, nous sommes ensemble jusqu'à 9h pour suivre Bourdin & Co présenté par Jean-Jacques Bourdin.

M. Chaillot avec Jean-Jaques Bourdin