RMC

Chez Bourdin le 5 septembre

De 7h à 9h, suivez la matinale de Bourdin & Co présentée par Jean-Jacques Bourdin

De 7h à 9h, suivez la matinale de Bourdin & Co présentée par Jean-Jacques Bourdin - -

Ce jeudi dans Bourdin & Co, C. Eckert (PS) a parlé pouvoir d’achat et l’économiste T. Piketty a proposé sa méthode pour réduire les inégalités. H. Gattegno et V. Jacquier ont parlé politique et JM. Daniel économie. 8h35: C. Bartolone.

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce jeudi sur RMC :

9h : Merci à tous d’avoir suivi le live de Bourdin & Co ce matin, n’hésitez pas à poursuivre les débats en réagissant ci-dessous ! Rendez-vous demain dès 7h !

8h35 - Claude Bartolone est l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV. Le président de l'Assemblée nationale estime que seul le président doit décider d’une intervention en Russie. Claude Bartolone revient aussi sur la question du pouvoir d’achat et des charges des entreprises.

8h25, l’heure de retrouver le Parti Pris d’Hervé Gattegno. Ce jeudi, il estime qu’il valait mieux un débat qu’un vote sur la Syrie.

Thomas Piketty, économiste directeur d'étude à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Face à la hausse des inégalités, celui qui explique que nous vivons dans « une société d’héritiers » qui a creusé les inégalités, estime qu’il faut taxer davantage le capital que le travail. Avec ce système, la classe moyenne est en danger, coincée entre les 50% des plus pauvres et les 10% des plus riches. Thomas Piketty explique par ailleurs qu’en partant de rien aujourd’hui, impossible de devenir propriétaire.

8h21 - Thomas Piketty : « Le Français moyen aujourd'hui construit son capital uniquement sur ses revenus. On doit tout faire pour avoir un système qui repose moins sur les salaires. Tout cela se fait sur une croissance faible. On est obligé d'inventer des outils à budget constant. Sortir de cette crise est plus difficile que les précédentes. Tous les gouvernements, vu la prospérité des patrimoines, doivent prendre de l'argent là où il y en a un peu. Mais c'est difficile quand on fait ça chacun dans son pays. Il faut se mettre d'accord au niveau européen ».

8h16 - Thomas Piketty : « Sur la croissance, dès lors que vous êtes à la frontière mondiale, on ne peut pas croitre plus vite que 1 ou 2% par an. Dans ce cas, le patrimoine avec un taux de rendement de 5% par an est au-dessus de la croissance et cela produit des inégalités évidentes ».

8h11 - Thomas Piketty : « Dans ce livre j'essaye de parler de l'histoire du capital et du capitalisme avec le phénomène du retour du capitalisme patrimonial. Il faut attendre 2010 pour attendre d'avoir le même patrimoine qu'à la belle epoque. Aujourd'hui le capital c'est 6 années de revenus. Mais cela créé des inégalités que nous ne connaissions pas avant. Aujourd'hui, le patrimoine se remet à jouer un rôle qui avait disparu. Ce rôle se rapproche de celui qu'il avait au 19e siècle. Les fondamentaux européens sont forts. On possède plus de patrimoine que le reste du monde. Ce sont nos institutions qui font que l'on se retrouve de cette panade. Les grands et les petits pays européens se déchirent ».

7h50, Jean-Marc Daniel est en studio pour sa Chronique Eco et selon lui, en matière de compétitivité, la France recule.

Leila Aïchi, sénatrice EELV de Paris

Lors du débat au Sénat mercredi, le groupe EELV disposait d’un temps de parole de 12 minutes. Temps divisé en 6 min et 6 min pour avoir les deux avis (pour ou contre l’intervention). Il y avait d’un côté le soutien à l’intervention armée présenté par André Gattolin, de l’autre, Leila Aïchi qui devait « préconiser une solution politique, sans intervention militaire, soumise à un vote ». Selon la sénatrice, ce temps de parole ne lui a pas été accordé car « seul le temps d'expression favorable à la ligne du président est privilégiée ».

7h45 - Leila Aïchi : « J'étais prévue pour intervenir. Mais quelques temps avant, une partie de mon groupe a décidé que comme j'étais en défaveur de l'intervention, volonté du président, on m'a évincée. Je regrette cet évènement car une partie d'EELV est d'accord avec moi. Je suis contre une intervention en Syrie sans l'aval de l'ONU. La première raison de mon refus est l'illégalité d'une intervention sans l'aval de la communauté internationale ».

7h25, l’heure des Coulisses de la Politique avec Véronique Jacquier. Ce jeudi c’est Ségolène Royal qui fait parler d’elle.

Christian Eckert, député PS de Meurthe et Moselle, rapporteur général du Budget à l'Assemblée nationale.

Le pouvoir d’achat des Français est au cœur débats avec les rumeurs du retour à la défiscalisation des heures supplémentaires. L’annulation de cette mesure provoque un manque à gagner de 50 à 70 euros par mois pour les salariés qui en profitaient. Un sujet très politique sur lequel le gouvernement se penche à 7 mois des municipales. Christian Eckert propose plutôt que de revenir en arrière, de donne un coup de pouce au SMIC.

7h17 - Christian Eckert : « La troisième option : le RSA activité. Ce dispositif n'est pas utilisé par ceux qui pourraient en avoir besoin. Il y a aussi la prime pour l'emploi. Pour les faibles revenus, cette montée en puissance est gelée. Ca pourrait être le bon outil, en revalorisant cette prime pour l'emploi. Cette piste je la plaide auprès de Bercy et du gouvernement ».

7h16 - Christian Eckert : « La seconde piste : la hausse du SMIC. Mais cela coûte très cher à l'Etat. C'est un peu contradictoire aussi avec la baisse du coût du travail que nous envisageons ».

OPINION >> Faut-il augmenter le SMIC ?

7h15 - Ch. Eckert : « La défiscalisation coûtait plus de 43 milliards à l'Etat. Certains fonctionnaires très bien payés en profitaient. Ce dispositif n'était pas le bon car pas juste ».

OPINION >> Faut-il défiscaliser les heures sup' ?

7h13 - Christian Eckert : « Je ne suis pas favorable au retour de la défiscalisation des heures sup' ». L'Elysée y tient affirme Jean-Jacques Bourdin. « L'Elysée n'est pas le centre du monde », lui répond Christian Eckert. « Les députés sont conscients que le premier problème des Français est le chômage qui pèse sur le pouvoir d'achat. On a mis fin à la défiscalisation des heure sup'. La France était le seul pays à pratiquer la défiscalisation des heures sup' ».

Bonjour à tous, il est bientôt 7h et nous sommes ensemble jusqu'à 9h pour suivre la matinale de Jean-Jacques Bourdin.

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin