RMC

Congé sabbatique rémunéré: "Un vrai problème d’organisation"

Des congés sabbatiques rémunérés pour faire reculer le chômage, qu'en pensent les salariés et les patrons?

Des congés sabbatiques rémunérés pour faire reculer le chômage, qu'en pensent les salariés et les patrons? - AFP

TEMOIGNAGES RMC - Pour lutter contre le chômage en France, la présidente des Jeunes socialistes, Laura Slimani, a proposé que chaque salarié prenne une année sabbatique indemnisée. Qu’en pensent les salariés et les patrons?

Pour lutter contre le chômage en France, la présidente des Jeunes socialistes, Laura Slimani, a proposé, vendredi sur Sud Radio, que chaque salarié prenne une année sabbatique indemnisée. Néanmoins, la présidente du MJS n'a pas précisé comment cette année serait financée.

Le congé sans solde existe déjà

Dans le cadre d'une carrière, cela pourrait avoir lieu "tous les dix ou vingt ans" et dans le cadre "d'accords avec les partenaires sociaux". Relancer l'emploi en réduisant le temps de travail, une idée dans la droite ligne des 35 heures, qui ont fêté leur 15ème anniversaire la semaine dernière.

Aujourd’hui, chaque salarié en CDI a déjà la possibilité de prendre une année sabbatique, sans solde, au bout de six ans d'expérience professionnelle et de trois ans d'ancienneté dans une entreprise.

"L'occasion de faire un point sur sa vie"

Mais qu'en pensent les salariés et les patrons? Si on proposait à Patrica, commerciale, de faire un break d'un an, elle dirait oui, sans hésiter.

"C’est très bien, parce que cela peut être l’occasion, justement, de se poser, explique-t-elle au micro de RMC. De faire un point sur sa vie. De faire des choses que l’on n’a pas eu le temps de faire. Voyager pour ceux qui ont envie de voyager, ça serait excellent!"

"Je ne l'envisage pas!"

Des salariés séduits, mais du côté des patrons, c'est pas la même chanson. Alban est chef d'entreprise dans le bâtiment:

"Cela serait un vrai problème d’organisation, redoute-t-il. Il faudrait trouver des personnes qui puissent remplacer ces salariés qui quittent la structure pendant un an… Je ne l’envisage pas !"

Des congés sabbatiques rémunérés pour faire reculer le chômage, Guillaume Duval, d'Alternatives Economiques, y croit.

"Si tous les dix ans, les gens s’arrêtent une année, cela permet d’employer quelqu’un à leur place, estime-t-il. Je ne pense pas que cela soit la solution miracle face au chômage d’aujourd’hui, mais c’est une bonne solution."

Ce dispositif existe déjà chez certains de nos voisins européens au Danemark. Cette mesure est en vigueur depuis les années 1990.

C. P. avec Juliette Droz