RMC

Créteil: un mort et une dizaine de blessés dans un incendie à l'hôpital Mondor

Un bâtiment administratif situé dans le périmètre de l'hôpital Henri-Mondor a Créteil a été touché dans la nuit de mercredi à jeudi par un incendie qui a fait au moins un mort et huit blessés. Aucun patient n'a été touché.

Au moins une personne a été tuée et huit autres blessées dans la nuit de mercredi à jeudi dans le spectaculaire incendie d'un immeuble administratif situé près de l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne). 

Le feu s'est déclaré vers 23h et embrasé ce bâtiment de dix étages où logent une partie des employés de l'hôpital. Il a été maîtrisé vers 1h30 du matin grâce à la mobilisation d'une centaine de pompiers. Le feu serait parti d'un appartement au 6e étage et s'est propagé par la cage d'escalier.

Le drame a coûté la vie à une femme, potentiellement intoxiquée par les fumées. Il a également blessé gravement deux pompiers, dont les jours ne sont toutefois pas en danger selon la BSPP, et moins sérieusement quatre autres personnes dont deux autres pompiers. 

Pas de pronostic vital engagé parmi les huit blessés

C'était une résidence réservée au personnel de l'hôpital. Une cinquantaine de personnes ont pu être sauvées, dont au moins dix d'une mort certaine selon les pompiers. Des pompiers figurent parmi les huit blessés, aucun pronostic vital n'est engagé. L'origine de l'incendie reste pour le moment inconnue.

Christophe, un rescapé, a raconté la scène sur RMC: "On s'est couché vers 23h30, minuit. On a alors regardé par le balcon et on a vu les flammes. On ouvre la porte, on voit qu'on ne peut pas sortir, donc on passe par le balcon... Et on est sortis balcon par balcon, par l'extérieur. Avec ma femme et mon fils de 12 ans, on s'est dit qu'on allait mourir. On a paniqué, on crie dans tous les sens. Mais on est en vie et c'est l'essentiel".

Le bâtiment se trouve dans le périmètre d'Henri-Mondor mais assez éloigné de la partie hospitalière. "Aucun patient n'a été évacué", a précisé le porte-parole de la BSPP. 

J.A. avec la rédaction