RMC

Cris de singe lors de Dijon-Amiens: la cour d'appel renvoie le suspect devant le juge

RMC
Le 12 avril dernier, le défenseur et capitaine d'Amiens, Prince Gouano, avait fait stopper la rencontre.

La cour d'appel de Dijon a renvoyé devant le juge, en vue d'une mise en examen, l'auteur présumé de cris racistes à l'encontre du capitaine d'Amiens lors d'un match de Ligue 1 en avril à Dijon.

Le suspect avait été placé sous le statut de témoin assisté le 14 avril et le parquet avait fait appel. Dans un arrêt rendu mercredi, la cour d'appel a ordonné un supplément d'information, confié au président de la chambre de l'instruction, pour procéder à un interrogatoire de première comparution en vue d'une éventuelle mise en examen, a précisé le procureur de Dijon, Eric Mathais. 

L'homme, un supporter de 22 ans habitant Dijon, conteste les faits. Le parquet avait requis sa mise en examen pour "provocation publique à la haine ou à la violence, en raison de l'origine ou la prétendue race, par paroles ou images" et "provocation à la haine ou à la violence lors d'une manifestation sportive".

Le 12 avril au soir, après 77 minutes de jeu, le défenseur et capitaine d'Amiens, Prince Gouano, avait quitté le terrain en lançant vers son banc de touche: "c'est fini, on joue plus, je ramène mes coéquipiers, on rentre dans le vestiaire". "J'ai entendu des bruitages de singe (...). Je me suis retourné et effectivement il y avait un monsieur qui regardait dans ma direction et qui continuait", avait-il indiqué dans la presse.

La Ligue de football professionnel, interrogée par le quotidien régional Le Bien Public, a salué la décision de la cour d'appel "car elle met un point d'honneur à lutter contre ce type d'incivilités dans les stades".