RMC

De gauche, il votera à la primaire de la droite: "Je pense voter Juppé, il a plus de chances d'éliminer Sarkozy"

-

- - AFP

La campagne pour la primaire de la droite et du centre a été officiellement lancée ce mercredi. En lice, 7 candidats pour cette élection qui aura lieu les 20 et 27 novembre. Et les votants ne seront pas tous de droite. Sébastien, 26 ans, de gauche, ira voter Juppé pour contrer Nicolas Sarkozy.

"Je suis plutôt de gauche et je compte aller voter à la primaire de la droite. Nicolas Sarkozy a de bonnes chances de passer à cette primaire ce qui nous ferait une élection Hollande-Le Pen-Sarkozy en théorie.

Je ne me reconnais dans aucun d'entre eux. J'ai voté Hollande il y a 5 ans mais il m'a déçu, sa politique n'a pas du tout été dans l'esprit ce que j'attendais. Marine Le Pen, je n'y pense même pas et pour moi, Nicolas Sarkozy c'est quasiment la même chose que Le Pen. Je veux éviter ça.

"C'est n'est pas un papier qui va me rebuter"

C'est clairement une pré-élection, quand on voit les sondages, l'état du pays et la mentalité des gens, c'est quasiment le futur président que l'on élit à cette élection-là, c'est pour cela que ça me paraît important d'y participer quitte à payer 4 euros et à signer le papier qui dit que j'adhère aux idées de la droite, ce n'est pas un problème. Ce n'est pas un papier qui va me rebuter.

Je préfère que ce soit un autre candidat de droite qui soit élu, même si je sais que je ne serai pas d'accord avec son programme, je préfère que ce soit quelqu'un d'autre. Je pense voter pour Alain Juppé, non pas par conviction, mais parce que c'est lui qui a le plus de chances d'éliminer Sarkozy.

Cela me paraît naturel d'aller voter à cette primaire, c'est une question de conviction, je ne me vois pas laisser le trio Le Pen-Hollande-Sarkozy à cette élection. Ca me parait inconcevable pour mon pays d'avoir à choisir entre Le Pen et Sarkozy.

Ma compagne va aussi aller voter à cette primaire alors qu'elle est de gauche. Je pense que ces votes-là peuvent peser. Si on prend les centristes qui ne vont sûrement pas voter pour Nicolas Sarkozy, et si une petite partie des électeurs de gauche vote, ça peut changer les choses, surtout au second tour.

J'en parle aussi à mes amis, si je peux en convaincre quelques-uns ce sera bien! Je milite un peu pour cette primaire de la droite mais c'est à contre-cœur évidemment.

Oui, ça me gênerait un peu que des gens de droite participent à la primaire de la gauche, mais ça fait partie du jeu à partir du moment où ces primaires sont ouvertes. C'est la liberté de chacun de préférer un courant plutôt qu'un autre même si on n'est pas de cette sensibilité-là".

P.B.