RMC

Départs de Français vers la Syrie: la frontière turque demeure une passoire

La frontière entre la Turquie et la Syrie reste privilégiée pour rejoindre les troupes de l'Etat islamique

La frontière entre la Turquie et la Syrie reste privilégiée pour rejoindre les troupes de l'Etat islamique - AFP

ENQUÊTE RMC - Alors que ce mercredi, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, doit annoncer un renforcement des services de renseignements sur le terrain, les départs de Français vers la Syrie se poursuivent. En effet, d'après nos informations, la Turquie ne semble pas avoir renforcé le contrôle de sa frontière avec le pays.

En septembre dernier, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu à Ankara pour rencontrer son homologue turc Elfkin Ala. Cette visite avait pour objectif "d'améliorer la communication" entre les services des deux pays en matière de lutte contre les filières jihadistes. Mais alors que ce mercredi, la place Beauvau doit annoncer un renforcement des services de renseignements sur le terrain suite aux récents attentats, les départs de Français vers la Syrie se poursuivent. En effet, d'après nos informations, la Turquie ne semble pas avoir renforcé le contrôle de sa frontière avec le pays.

Pour cela, il suffit d'un simple contact avec un passeur en Turquie. Nous avons réussi à en joindre plusieurs. Tous assurent pouvoir nous faire rejoindre l'Etat islamique sans problème: "C'est OK pour toi si tu veux venir. Ne t'inquiète pas, tu vas passer. Des Français l'ont déjà fait", assure l'un d'eux. Sur le papier, la procédure semble très simple : les passeurs donnent rendez-vous dans une gare routière d'une ville proche de la frontière. Ensuite, avec l'un d'entre eux, départ immédiat pour la Syrie.

Essentiellement des femmes sur le départ

Selon nos informations, parmi ces passeurs, il y a essentiellement des anglophones mais aussi des francophones. A la question de savoir si la Turquie a renforcé ou non les contrôles aux frontières, ces derniers se veulent très clairs : la réponse est non. Et les attentats en France n'ont rien changé. Interrogé par RMC, Jean-Charles Brisard, président du centre d'analyse du terrorisme, confirme ces informations: "Les départs individuels continuent. Le passage, notamment en Syrie depuis la Turquie, n'a pas été, ou très peu, affecté par cette mesure qu'aurait prise l'Etat turc."

Tout semble donc parfaitement organisé, sans aucun risque. Ainsi, de l'autre côté de la frontière, une fois en Syrie, les nouveaux arrivants seraient totalement pris en charge par l'Etat Islamique. Pour rappel, selon les derniers chiffres donnés par Manuel Valls, le 12 janvier sur RMC, 1 400 Français sont partis ou ont tenté de rejoindre les groupes jihadistes en Syrie. Et selon nos informations, ces dernières semaines ce sont surtout des femmes qui ont quitté la France pour la Syrie.

M.R avec Céline Martelet