RMC

Déprogrammation d’une opération d’une tumeur au cerveau: "Tristan veut juste qu’on lui donne sa chance" selon sa mère

Tristan (21 ans) doit être opéré d’une tumeur au cerveau, mais l’intervention a déjà été déprogrammée à cause de la saturation de l’hôpital. Invitée d’"Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, sa mère souhaite que tous les malades puissent être soignés, pas seulement les personnes touchées par le Covid.

A 21 ans, plus de dix ans après avoir débuté en pleine enfance son combat contre la maladie et être passé par des chimiothérapies et des radiothérapies, Tristan doit être à nouveau opéré d’une tumeur au cerveau. Mais face à la saturation des services hospitaliers à cause du Covid, l’intervention, qui devait avoir lieu le 14 décembre aux Hospices civils de Lyon, a été déprogrammée. Pour la troisième fois.

"On angoissait. On espérait vraiment qu’elle soit maintenue, parce que ça fait des mois qu’il attendait, explique sa mère, Cathy Raymond Donguy, dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story. Tristan passe après, il y a beaucoup de monde en réanimation. Il y a des malades, il faut en tenir compte. Mais il y a un manque de place, qui fait que Tristan ne peut pas être opéré."

Pour la mère de Tristan, "on devrait pouvoir soigner tout le monde". "Personne ne doit rester au bord du chemin, souligne-t-elle. On va se retrouver avec un autre problème à l’avenir, avec toutes ces pathologies non traitées à temps. (…) On ne voulait pas rentrer dans le conflit antivax. Je pense que les hôpitaux ne peuvent plus gérer tout le monde. Les soignants, ce sont des êtres humains. On leur en demande beaucoup. C’est l’hôpital qui est saturé à cause du Covid."

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC

"Tristan a juste envie de reprendre sa vie"

Cette tumeur, "un méningiome dû à la radiothérapie qu’il a eue quand il était petit" selon sa mère, devrait désormais être opérée le 11 février. Mais Cathy n’y croit pas vraiment. "La nouvelle date, a priori, c’est le 11 février. Mais vu les chiffres actuels, on a peu d’espoir que la crise se soit atténuée, explique-t-elle. C’est ce qui pose problème L’histoire de Tristan, ce n’est pas pour parler de Tristan mais c’est pour tous ceux qui sont au bord de la route et qu’on abandonne un peu. On ne croit pas trop à cette date et c’est qui nous démoralise."

En attendant, Tristan continue de se battre. "Tristan a juste envie de reprendre sa vie, confie sa mère. Il ne peut pas travailler, il est très fatigué. Moralement, c’est un combattant, ça fait 13 ans qu’il se bat contre la maladie. Moralement, il tient. Physiquement, c’est beaucoup plus difficile. Tout ce qu’il demande, c’est qu’on l’opère et qu’il reprenne sa vie. Il veut juste sa place à lui, qu’on lui donne sa chance."

LP