RMC

Déserts médicaux: à Jargeau (Loiret), le cabinet médical va fermer ses portes faute de successeur

La ministre de la Santé doit présenter un nouveau plan d’action contre les déserts médicaux à la rentrée. Les incitations à l'installation ne manquent pas mais restent inefficaces. RMC s'est rendue à Jargeau, dans le Loiret, où le cabinet médical va fermer ses portes.

Le cabinet médical de Jargeau à une vingtaine de kilomètres d'Orléans fermera ses portes le 30 septembre. Dominique Dupin, 67 ans, part à la retraite. "Avec le médecin avec qui je travaille, on s'en va. Il ne va rester plus qu'un médecin. Et il a déjà trop de travail, il ne peut plus prendre de patients!", se désole-t-il.

Dans la salle d'attente, Muguette confirme. Elle a déjà essayé de prendre rendez-vous: "Il faut au moins 15 jours. Mais quand on est malade, ce n'est pas dans 15 jours, c'est tout de suite! C'est triste si on n'a plus de médecin. Où va-t-on aller? Justement, on se pose la question".

"Les jeunes n'ont plus envie de s'installer en libéral"

Et même si le docteur Dupin donne son cabinet et sa patientèle, il n'a jamais trouvé de successeur: "On a passé des petites annonces, on a fait le maximum de ce qui pouvait être fait, mais on a pas de repreneur. Je pense que la profession de médecin libéral n'est plus attractive, ça demande beaucoup de travail, beaucoup d'heures, un peu d'abnégation quand même, les jeunes médecins n'ont plus envie de s'installer en libéral".

Pourtant la mairie avait même lancé une campagne de communication: "Sur la page Facebook de la commune, on a diffusé une vidéo dans laquelle on expliquait les attraits de la commune. Il y a eu beaucoup de vues mais en retour, c'est assez faible puisque je n'ai reçu qu'un appel d'un médecin retraité de la région Auvergne, mais ce n'était pas une solution pérenne", précise le maire Jean-Marc Gibey.

Seul espoir: un médecin roumain, qui a récemment contacté la mairie.

Martin Cadoret (avec P.B.)