RMC

Don du sang: "c'est un don de soi qui est gratuit, il faut le faire!"

-

- - AFP

En été, les besoins de dons du sang ne diminuent pas. Mais avec les vacances, les donneurs ne sont pas nombreux. L'Etablissement français du sang lance une campagne de sensibilisation au don du sang.

L'été, c'est une période de creux pour l'Etablissement français du sang (ESF). L'organisme lance donc une nouvelle campagne nationale de sensibilisation aux dons en ce mois d'août.

Le niveau de réserves en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, région traditionnellement déficitaire, est de 12 jours, ce qui est un peu juste mais loin d’être alarmant. L’établissement a tout de même pris les devants pour être sûr de ne pas basculer sous un seuil préoccupant.

Au centre de collecte près du vieux port à Marseille, le mois de juillet a été marqué par une augmentation du nombre de donneurs, suite à l’attentat de Nice. Aujourd’hui, une fois l’effet solidarité passé, la baisse devient sensible depuis une semaine et l’EFS s’en remet à ses donneurs fidèles.

"Cet élan aurait dû perdurer"

"C'est un élan qui, dans l'idéal, aurait dû perdurer. Là on est au début du mois d'août, en début d'après-midi et il n'y a plus aucun donneur qui attend pour s'inscrire", constate Jeanne Pascal, responsable de développement à l'EFS.

Ici, les donneurs sont majoritairement des habitués qui font eux aussi un travail de sensibilisation autour d’eux c’est le cas de Philippe qui a convaincu son épouse pourtant réticente: "Il faut pousser, il faut argumenter pour qu'un maximum de personnes puissent se déplacer. Peut-être que c'est nous-mêmes qui en aurons besoin".

Et Véronique ne regrette pas: "J'ai donné quand j'étais étudiante mais je n'avais pas donné depuis 23 ans. C'est vrai qu'on sait qu'on en a besoin surtout l'été avec les victimes d'accidents. C'est très utile et c'est un don de soi qui est gratuit donc il faut le faire. Les attentats ça motive aussi à donner".

P.B. avec Stéphane Burgatt