RMC

Drame de Puisseguin: "La venue de François Hollande est importante, car c'est un symbole"

François Hollande se rendra ce mardi matin à Petit-Palais, en Gironde, pour la cérémonie d'hommage aux 43 victimes de l'accident de car de Puisseguin. Il sera accompagné de Manuel Valls et de cinq membres du gouvernement.

Une cérémonie très attendue. François Hollande se rendra ce mardi matin à Puisseguin et à Petit Palais, en tant que chef de l'Etat mais aussi en tant qu'homme, pour commémorer les victimes du terrible accident qui a fait 43 morts vendredi dernier.

Le président de la République s'exprimera dans une allocution de 15 minutes, qu’il a écrit lui-même, et qu'il retouchera sans doute jusqu'au dernier moment.

Mais avant le discours présidentiel, plusieurs maires prendront la parole: des élus parfois touchés personnellement et dans leur commune. "Ce sera un message global de deuil", a expliqué David Resende, le maire de Camps-sur-L’Isle, qui a perdu trois des proches dans l’accident. "Cela va au-delà de ma propre famille, tous étaient de notre famille."

Une cérémonie sobre

Sur l’estrade, pas de photos des victimes, ni de fleurs ou de bougies, mais un simple fond gris. Le nom des 43 morts ne sera pas rappelé au micro. La cérémonie sera sobre, à la demande des familles.

"Ce qui compte, ce sont elles, les familles", a déclaré Xavier Sublett, le maire de Puisseguin, invité de RMC ce mardi matin. "On est tous désemparés, malheureux". L’édile a tenu à remercier "les nombreux soutiens reçus. Quand on est perdu, et que quelqu’un vient nous apporter sa présence, cela fait du bien."

Dans ce contexte, il estime que "la venue de François Hollande est importante, car c’est un symbole. Il représente la République dont on est tous membres. Qu’il soit là, c’est donc important."

"Nous serons marqués à vie"

Le maire de la petite commune de Gironde a également donné quelques détails sur le programme prévu. "Le président arrivera vers 9h15 et va directement rencontrer les familles. Je pense qu’il aura un mot pour chacune."

"Ensuite, il se rendra au poste de commandement pour voir l’état des résultats. Puis il repartira vers Petit-Palais pour une allocution en présence de toute la population des villages environnants."

Concernant l'enquête en elle-même, l'édile "pense que les enquêteurs ont déjà des éléments, mais qu'il faut les confirmer. Pour nous, nous serons marqués à vie", poursuit-il. "C’est un cœur du village, c‘est un endroit où l’on passe tous les jours. Forcément, ça va rester".

Barthélémy Bolo et Emmanuel Bringuier