RMC

Aide au déménagement: comment fonctionne la nouvelle prime destinée aux revenus modestes?

La nouvelle prime au déménagement du gouvernement destinée aux salariés modestes est un peu passée inaperçue. La campagne d’information du public et des entreprises commence ce lundi. De quoi s'agit-il?

La nouvelle aide au déménagement est une prime 1.000 euros pour les travailleurs à faibles revenus qui décident de déménager pour se rapprocher de leur lieu de travail, ou qui doivent bouger dans le cadre d'un nouvel emploi.

Au total, près de 100.000 salariés y sont éligibles sous conditions. De revenus d’abord. Votre salaire net ne doit pas dépasser une fois et demi le Smic pour une personne seule, soit 1.756€, et deux fois le SMIC pour un couple.

Ensuite, votre nouveau domicile doit se trouver à moins de 30 minutes de votre travail en voiture. Ca fonctionne aussi si vous prenez les transports en commun.

15.000 demandes déjà faites

Vous pouvez demander cette aide dans les 3 mois après votre déménagement. Déjà 15.000 demandes ont été faites sur le site internet d’Action logement, et surtout via les entreprises elles-mêmes. 

Il existe déjà d'autres aides au déménagement. Une aide qui vient de la CAF, une prime qui va couvrir vos frais de déménagement. Vous pouvez en bénéficier si vous touchez déjà des aides au logement. Et si vous avez minimum 3 enfants. Le montant minimum est de 990 euros pour une famille avec 3 enfants donc, et 82 euros pour chaque enfant supplémentaire. 

Vous devez déménager avant que votre petit dernier n'ait deux ans. Et vous pouvez la demander jusqu’à 6 mois après votre déménagement.

Il y a aussi l'aide Mobilipass d'Action Logement. Entre 1.900 et 3.500 euros, pour les salariés qui déménagent pour des raisons professionnelles, à moins de 70km de leur ancien logement.

Ca prend la forme d'une subvention ou d'un prêt, pour financer les frais de recherche et de déménagement, mais aussi l'agence ou le notaire. Ou encore Mobili jeune pour les moins de 30 ans en alternance. 

La mobilité reste l'un des principaux freins à l'emploi

D'après les derniers chiffres de Pôle emploi, pour 86% des Français, les problèmes de mobilité quotidienne sont un frein à l’emploi. 1 salarié sur 5 a même dû refuser au moins une opportunité de travail ou de formation car il ne pouvait pas s'y rendre.

Ca concerne en particulier les jeunes, les personnes qui ont de faibles revenus ou qui n’ont pas le permis de conduire.

Aujourd'hui, plus de 637.000 demandeurs d’emploi n'ont pas le permis de conduire, et n'ont pas de solution pur se déplacer à côté de chez eux. 

Anaïs Bouitcha (avec J.A.)