RMC

Après 3 ans d'impunité, le cartel du jambon condamné à 93 millions d'euros d'amende

RMC
Les membres du cartel s'arrangeaient pour baisser les prix auxquels ils achetaient la charcuterie aux abatteurs et pour revendre plus cher ces produits à la grande distribution.

Douze industriels du jambon ont été condamnés jeudi à payer 93 millions d'euros au total pour des ententes sur les prix entre 2010 et 2013. Ces spécialistes de la charcuterie auraient participé à des réunions secrètes dont l'objectif était de s'accorder sur les prix. Ce sont deux groupes industriels ayant eux-même participé à ces ententes qui ont révélé ces pratiques illégales.

Appels téléphoniques, réunions secrètes dans des hôtels, les membres du cartel s'arrangeaient d'un côté pour baisser les prix auxquels ils achetaient la charcuterie aux abatteurs et de l'autre pour revendre plus cher ces produits à la grande distribution.
Une pratique qui visait à contourner la concurrence pour générer davantage de profits.

Les concurrents lésés vont faire appel

Avec une amende de plus de 35 millions d'euros, c'est le leader français de la production porcine la coopérative Cooperl, qui écope de la plus forte sanction. Aussi lourdement sanctionné, le groupe Fleury Michon ou encore le groupe suisse Nestlé.

Des pratiques illégales révélées par deux entreprises ayant elles-même participé à ces ententes sur les prix...
En fournissant des preuves, ces deux groupes également sanctionnés, ont permis d'ouvrir cette enquête. Les concurrents lésés toutes ces années dénoncent "une manipulation" et certains ont déjà annoncé qu'ils feraient appel.

Mahauld Becker-Granier (avec G.D.)