RMC

"Balance ton salaire" ou quand des entreprises dévoilent les salaires de ses collaborateurs

C'est un tabou français que certaines entreprises souhaitent lever. Dévoiler au sein de l'entreprise les salaires de l'intégralité des collaborateurs. Objectif: avec la transparence, faire baisser les inégalités. RMC s'est rendu dans des entreprises qui ont fait ce choix.

La saison des négociations salariales annuelles approche et la question des salaires reste centrale en cette fin d'année 2022. Alors que l'inflation grignote le pouvoir d'achat, les syndicats défilent pour revendiquer des augmentations, les grévistes de Total et leur PDG s'écharpent sur la divulgation de leurs rémunérations respectives, et le patron de Stellantis Carlos Tavares créé la polémique en répondant "Je suis un salarié comme les autres" à une question sur son salaire de 19 millions d'euros par an.

De plus en plus d'entreprises tentent de bousculer un tabou hexagonal en choisissant la transparence salariale. Les Français semblent demandeurs. Selon une étude menée auprès de plus de 1.000 salariés par Yougov pour talent.com, un spécialiste du marché de l’emploi, 64% des Français se disent à l’aise pour qu’on communique à leur collègues leur niveau de salaire. Un score qui monte bien plus haut chez les plus jeunes.

Caroline Pailloux, fondatrice d'Ignition Program, fait partie des cheffes d'entreprises qui ont fait ce choix. a décidé un jour de divulguer les salaires de ses collaborateurs, rien ne s'est passé comme prévu:

"J'ai décliné tous les salaires en expliquant un peu et ça a été une épreuve extrêmement difficile. Des gens se sont mis à pleurer, une s'est même cachée sous un piano. C'était une journée intense, mais après ça a été cathartique et ça allait."

"Ça évite la jalousie"

Dans cette start-up parisienne qui aide les entreprises à recruter, les salaires ne sont pas affichés à la machine à café, mais chacun peut demander à consulter ceux de ses collègues et ça fait toute la différence, pour sa patronne:

"Le sentiment de différence créé un sentiment d'iniquité mais dès lors qu'il existe une transparence, on peut discuter du modèle et d'une meilleure équité à venir", explique Caroline Pailloux.

Ainsi, dans cette entreprise, parler de son salaire avec ses collègues n'est pas tabou:

"La parole est hyper libérée. Ça évite la jalousie" confirme Alexandre, salarié depuis six mois.

Pour éviter les sentiments d'injustice, les dirigeants font aussi tout pour éviter les gros écarts de salaire, quitte à se passer de recrues au profil rare, donc cher "Si le salaire est la motivation numéro un, cette personne ne viendra pas chez nous", reconnait la directrice marketing Diane Balsollier

"Trop de cadavres dans les placards"

Les entreprises qui suivent le chemin de la transparence sont encore rares. Parmi les pionnières, Thermador, vendeur d'accessoires de chauffage et de robinetterie. Les salaires sont communiqués tous les ans aux salariés depuis 1968. Mais cette entreprise fait encore figure d'ovni auprès des dirigeants d'entreprises.

"Quand je leur explique, ils me disent 'c'est génial'. Et quand je leur dis 'qu'est-ce que tu attends', ils me disent 'j'aimerais bien, j'ai d'autre priorité' et 'j'ai tellement de cadavres dans les placards que c'est inapplicable dans ma société'" explique le PDG du groupe Guillaume Robin.

Pour lui, un "cadavre dans le placard", c'est un salarié trop bien payé. Pour lui, la transparence permettrait de réduire ce risque d'inéquité, d'amener plus de confiance chez les salariés, plus d'implication et de fidélité. Chez Thermador, les salariés ont dix ans d'ancienneté en moyenne, se félicite le PDG.

Victor Joanin avec MM