RMC

Contrats d’énergie: Emmanuelle Wargon sera "intransigeante" avec Iberdrola et alerte sur Ohm Energie

Nouvelle présidente de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), Emmanuelle Wargon va suivre le dossier du retrait du fournisseur Iberdrola avec l’intention de protéger les consommateurs. D’autres fournisseurs, comme Ohm Energie, suscitent l’inquiétude.

Iberdrola ne veut plus de ses clients français. Le fournisseur d’énergie espagnol résilie des milliers de contrats et "invite" ses futurs ex-abonnés à choisir une autre entreprise pour éviter une rupture d’alimentation. C’est le premier dossier sur la table d’Emmanuelle Wargon, nouvelle présidente de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

"J’ai pris cette mission en début de semaine et ma première décision a été de convoquer Iberdrola, que j’ai reçu hier, pour comprendre comment ils allaient protéger leurs consommateurs, explique l’ancienne ministre du Logement dans ‘Apolline Matin’ ce mercredi sur RMC et RMC Story. Ils font un choix d’entreprise en disant: notre approvisionnement devient trop cher, on préfère aider nos consommateurs à trouver des contrats qui les protégeront mieux plutôt que de les amener à avoir des augmentations de prix très importantes. Moi, mon rôle, c’est de vérifier qu’ils appliquent la réglementation de la concurrence, qu’ils font ça dans le respect des règles, mais surtout que les consommateurs d’Iberdrola concernés, on parle de 10.000 à 15.000 foyers, puissent trouver un nouveau fournisseur pour qu’il n’y ait pas d’interruption et qu’ils soient protégés par le bouclier tarifaire sur l’électricité et le gaz. C’est ce travail que nous avons demandé à Iberdrola et que nous allons piloter avec eux." Et Emmanuelle Wargon promet d’être "intransigeante" avec Iberdrola.

"On a abordé deux sujets avec eux, souligne-t-elle. D’abord, le respect de la réglementation et le fait qu’ils n’en profitent pas pour faire des surprofits. On sera intransigeant là-dessus. Et deuxièmement, protéger chacun des consommateurs concernés. Ça fait partie des discussions. La manière la plus sure pour qu’il n’y ait pas de coupure, c’est que les consommateurs fassent le choix d’un nouveau fournisseur."

"Tous les consommateurs concernés doivent choisir un nouveau fournisseur"

Face au risque de coupure, c’est en effet aux clients de s’engager avec un autre fournisseur. "Tous les consommateurs concernés doivent choisir un nouveau fournisseur, insiste la présidente de la CRE. On peut les aider, les éclairer dans leur choix. Il existe des comparateurs sur Internet mis en œuvre par le Médiateur de l’énergie, pour bien choisir son contrat. Iberdrola et Enedis vont contacter chaque consommateur pour qu’ils fassent un choix. Mais il faut qu’ils choisissent un fournisseur."

"Le marché de l’électricité et du gaz est en train d’exploser"

La situation d’autres fournisseurs inquiète également, notamment Ohm Energie. "On sait qu’on a des fournisseurs potentiellement en difficulté, indique Emmanuelle Wargon. Mon rôle est de faire en sorte que la concurrence s’applique au bénéfice des consommateurs, qu’elle soit pour eux, soit en prix, soit en qualité de service, soit en innovation. Je peux m’engager à défendre les consommateurs sur chaque dossier. Il y a d’ailleurs d’autres fournisseurs qui ont des pratiques qui interrogent et je vais les recevoir, un par un. Je pense à Ohm Energie par exemple, qui est aussi en train de refuser des clients et de lâcher. Mon rôle est de faire en sorte que ça se passe bien pour les consommateurs. On a par ailleurs un marché de l’électricité et du gaz qui est en train d’exploser. Les prix du gaz, qui étaient entre 20 et 50€ le mégawatt/heure, sont maintenant à 250€. Les prix de l’électricité arrivent autour de 700€. Ce sont des prix jamais vus. Forcément, ça place le système sous tension."

Les revendeurs sous pression

Ces prix de l'électricité en forte hausse mettent sous contrainte financière les revendeurs, qui s'approvisionnent sur des marchés de gros et revendent aux particuliers. Certains ont augmenté la facture, comme Ohm Energy, mais aussi Mega ou Mint Energie. Et menacent de ne plus assurer le service à certains clients, notamment ceux qui consomment beaucoup.

Depuis 2007 et l'ouverture à la concurrence du marché de détail (pour les particuliers) de l'électricité et du gaz, EDF est tenu de proposer un tarif réglementé, dont les contours sont stricts.

Il doit aussi permettre à ses nouveaux concurrents de s'approvisionner en électricité à des tarifs identiques aux siens - EDF bénéficiant du parc nucléaire, il produit une électricité très abordable - pour qu'ils puissent vendre à des tarifs similaires ou proches du sien. C'est ce qu'on appelle l'Arenh (Accès Régulé à l'Electricité Nucléaire Historique) : il est fixé à 42 euros le MWh, et dans la limite de 100 TWh.

Les fournisseurs indépendants peuvent donc s'approvisionner à moindre coût, dans la limite de cette quantité d'énergie, déjà relevée en mars à 120 TWh, aux frais d'EDF, et sur laquelle le gouvernement plaide pour un nouveau relèvement. Car au-delà de cet Arenh, Iberdrola et consorts doivent s'approvisionner sur le marché libre - et là, les prix s'envolent, puisque le MWh se négocie aux alentours des 600 euros, contre 90 il y a un an.

Les indépendants ne cessent de plaider pour une augmentation de l'Arenh, et la CRE veut éviter que ces groupes, qui vendent de l'électricité quand le prix est bas, à des prix libres, ne décrochent quand les cours montent.

LP avec VG