RMC

EDF: un réacteur nucléaire à l'arrêt en raison des "températures douces"

Des réacteurs ont été mis à l'arrêt après des baisses de la consommation (Illustration)

Des réacteurs ont été mis à l'arrêt après des baisses de la consommation (Illustration) - Alain Jocard - AFP

Avec ces températures douces, les Français utilisent moins d'électricité: la consommation a reculé de 8,5% la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019) à la même période. Par conséquent, des réacteurs nucléaires ont été temporairement mis à l'arrêt.

Un réacteur du parc nucléaire d'EDF, Tricastin 4, était à l'arrêt ce jeudi en raison des "températures douces" et de la moindre consommation d'électricité, a appris l'AFP, auprès d'EDF.

"Les températures douces, au-dessus des normales de saison, et la moindre consommation en cette période font que le réseau n'a pas besoin de tous les réacteurs disponibles", a indiqué EDF, dans un point de situation, dans lequel elle fait état de 42 réacteurs en fonctionnement et 14 réacteurs à l'arrêt.

"Il y a aussi eu une moindre consommation, pendant les fêtes surtout, et donc on a mis à l'arrêt plusieurs réacteurs parce que le réseau électrique n'en avait pas besoin", a précisé EDF.

Le réacteur reste disponible en cas de besoin

"Juste avant Noël", plusieurs réacteurs ont été ainsi arrêtés "sur de courtes périodes", avec "un pic à 10 réacteurs le week-end dernier, arrêtés pour modulation", lesquels ont presque tous repris au 2 janvier, sauf Tricastin 4, dont la remise en service est prévue le 9 janvier à date. Il reste toutefois "immédiatement disponible", en cas de besoin, ajoute EDF.

La consommation d'électricité a reculé de 8,5% la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019) à la même période, selon des chiffres arrêtés au 1er janvier et un dernier point de RTE, publié mardi. Sur les quatre dernières semaines, correspondant à tout le mois de décembre, la baisse moyenne a également atteint 8,5%.

Ces chiffres sont diffusés après retraitement des effets calendaires et météorologiques: il s'agit donc de la consommation qui aurait eu lieu si les températures avaient été alignées sur les températures normales définies par Météo France pour la période.

La menace de coupure de courant semble s'écarter

Le gouvernement a appelé à la sobriété, sur fond de difficultés d'approvisionnement liées notamment à la crise du gaz en Europe et à une moindre disponibilité du parc nucléaire français. La situation est moins sombre de ce côté là également: lors de ses voeux aux acteurs économiques, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a remercié EDF et fait applaudir l'entreprise et son PDG pour le retour de 44 GW rebranchés "au moment où je vous parle".

"Nous tiendrons donc notre objectif de 45 GW qui reviennent sur le réseau en janvier 2023", sur une capacité totale installée de 61,4 GW, a ajouté le ministre. Si la menace de coupures de courant cet hiver "semble s'écarter", le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a appelé néanmoins mercredi les "entreprises et les citoyens" à "maintenir les efforts sur les écogestes".

AB avec AFP